(Royal) British (Columbia) Museum

Le Royal BC Museum de Victoria accueille en ce moment une exposition intitulée « Treasures: The World’s Cultures from the British Museum » que l’on pourrait traduire littéralement par « Trésors : Les cultures du monde du British Museum ». On peut y découvrir plus de 300 objets prêtés par le British Museum de Londres.

Il n’y a pas en Colombie Britannique de musée équivalent au British Museum ou au Louvre, avec une riche collection d’objets archéologiques venus du monde entier.
L’exposition permet de donner un aperçu du British Museum à travers des œuvres de toutes les époques regroupés par civilisation. On passe de l’Égypte antique à la Mésopotamie, de la Grèce antique à l’Europe médiévale, de l’Asie aux Amériques.

J’avais visité le British Museum il y a quelques temps. Je ne sais pas quand je pourrai y retourner alors c’est une chance que ce soit le British Museum qui vienne à moi.

Le musée londonien n’a pas prêté ses œuvres d’art les plus célèbres mais on peut quand même voir de très belles pièces : une momie égyptienne vieille de 3000 ans, un petit masque en or ramené d’Israël, des pièces sculptées d’un jeu d’échec du Moyen Age (apparemment on peut en voir une réplique dans le premier film de Harry Potter) et un dessin de Matisse. Il y a aussi des objets fabriqués par des autochtones de Colombie Britannique. Ils avaient été ramenés en Angleterre par le navigateur George Vancouver de son voyage sur la côte ouest du Canada en 1792.

Les objets présentés sont très variés mais ils ont en commun le savoir-faire des artisans qui les ont façonnés. On pourrait passer des heures à admirer les détails des objets. Je me suis ainsi attardée devant cette calligraphie persane de Dara Shikoh (le fils de l’empereur moghol Shah Jahan qui a fait construire le Taj Mahal). Elle est ornée d’oiseaux et de fleurs peints avec une grande finesse.


calligraphie de Dara Shikoh

calligraphie de l’album de Dara Shikoh (c) The Trustees of the British Museum


À différents points de l’exposition des animateurs donnent des explications sur des objets que l’on peut manipuler et observer de près. Ainsi une animatrice raconte l’invention de l’écriture en montrant aux visiteurs des inscriptions sur une tablette d’argile de Mésopotamie (là où se trouvent aujourd’hui la Syrie et l’Irak).


Si vous passez à Victoria, l’exposition a lieu jusqu’au 30 septembre.


Plus d’information sur le site officiel du musée (en anglais)

 


English version

Jean-Paul Gaultier, calligraphe haute couture

La collection Haute Couture printemps été 2009 de Jean-Paul Gaultier a été présentée l’hiver dernier. Sur les tenues en noir et blanc sont dessinés de riches arabesques. On dirait qu’un calligraphe a tracé à la plume les motifs des robes mais aussi les bijoux et les coiffures des mannequins.

 

robe Jean-Paul Gaultier couture été 2009  robe Jean-Paul Gaultier couture été 2009


Sur cette robe je crois lire « Jean-Paul Gaultier Paris ». Le texte est écrit sur le bas de la robe ainsi que sur le voile derrière la robe et sur le legging qui habille les jambes de la jeune femme.

robe Jean-Paul Gaultier couture été 2009

robe Jean-Paul Gaultier couture été 2009

 

 

Cette autre tenue est ornée d’un magnifique arabesque en trois dimensions qui est posée comme un bijou sur la peau du mannequin. Le même thème a inspiré les boucles d’oreille ouvragées et la coiffure sophistiquée du modèle.

J’ai beaucoup aimé cette collection très graphique. Je n’ai parlé que des deux tenues qui m’ont le plus marquée mais vous pouvez voir l’intégralité du défilé sur les sites internet style et coutorture.

 

photos :
1 : Patrick Kovarik/Getty Images vue sur coutorture.com
2 : Xinhua/Zhang Yuwei vue sur news.xinhuanet.com
3 : Matteo Volta / ImaxTree vue sur style.com
4 : Jacky Naegelen / Reuters