La biographie Twitter d’Hillary Clinton

J’ai ouvert un compte sur le site Twitter, entre autres pour y publier les mises à jour de mon blog (vous pouvez m’y suivre sous le nom d’utilisatrice @ApolliR
).
En faisant des recherches pour savoir comment personnaliser mon profil je suis tombée sur le profil twitter d’Hillary Clinton qui est souvent cité comme un exemple de comment résumer sa biographie en 160 caractères.

Voici ce qui dit son profil en anglais :
Wife, mom, lawyer, women & kids advocate, FLOAR, FLOTUS, US Senator, SecState, author, dog owner, hair icon, pantsuit aficionado, glass ceiling cracker, TBD…

Ce qu’on peut traduire par :
Épouse, mère, avocate, défenseuse des femmes et des enfants, première dame de l’Arkansas, première dame des États-Unis, sénatrice des États-Unis, secrétaire d’État, auteur, propriétaire de chien, icône capillaire, fan de tailleurs pantalons, briseuse de plafond de verre, à déterminer…

Les références ne sont pas toutes évidentes alors je vais développer un petit peu sa biographie.

Née en 1947 dans une famille de la classe moyenne américaine, Hillary Rodham Clinton étudie le droit et devient avocate. Elle s’engage particulièrement pour les droits des enfants. Elle épouse Bill Clinton qu’elle a rencontré à l’université. Lorsqu’il est élu gouverneur de l’Arkansas, elle devient première dame de l’Arkansas. Elle accouche d’une petite fille et soutient la carrière politique de son mari qui est élu président des États-Unis en 1992.

Ce qui est intéressant c’est qu’elle reprend le fil de sa carrière quand son mari ralentit la sienne à la fin de son mandat de président des États-Unis.
Elle est élue sénatrice de l’État de New York en 2000. Puis en 2008, Barack Obama la nomme secrétaire d’État des États-Unis (l’équivalent de ministre des affaires étrangères).

La fin de la biographie est en forme de clin d’œil : Hillary Clinton se présente comme une icône capillaire parce que les journalistes ont beaucoup commenté sa queue de cheval lorsqu’elle était secrétaire d’état. Il a même fallu qu’elle explique en interview pourquoi elle s’était fait pousser les cheveux (la réponse si ça vous intéresse : elle a choisi une coiffure simple à réaliser parce qu’elle n’a pas toujours le temps de chercher un coiffeur quand elle est en voyage). Mais heureusement pour elle, ça lui est égal de savoir ce que les gens ont à dire sur sa coupe de cheveux.

Elle se définit ensuite comme une « briseuse de plafond de verre ». Le plafond de verre c’est l’ensemble des obstacles que rencontrent les femmes qui veulent avoir des postes à responsabilité. Hillary Clinton a notamment ouvert une brèche dans le plafond de verre en étant la première femme potentiellement présidentiable aux États Unis.

Enfin, « à déterminer… » fait probablement référence aux élections présidentielles de 2016 auxquelles elle pourrait être candidate.

Hillary Clinton et son équipe de communication semblent bien maîtriser les réseaux sociaux. Cela se retrouve aussi dans le choix de la photo de profil qui montre Hillary Clinton en train d’écrire un texto sur son mobile. Cette photo avait fait un buzz en 2012 quand un site internet proposait d’imaginer ce que la secrétaire d’état pouvait bien écrire sur son téléphone.

illustration d'après une photo d'Hillary Clinton en train d'écrire un texto sur son téléphone mobile

dessin d’après la photo de profil twitter d’Hillary Clinton prise par Diana Walker

Mais au delà de l’exercice de communication, le profil twitter d’Hillary Clinton est intéressant car il présente en quelques mots un parcours exceptionnel. C’est d’abord la diversité de ses expériences qui fait que sa biographie attire l’attention.

Pour en savoir plus :
Le profil twitter d’Hillary Clinton : @HillaryClinton

English version

Tailleur pantalon noir et blouse rouge

J’ai repéré cette veste noire de tailleur éthique qui est sobre mais a un côté affirmé avec ses poches et ses épaules rehaussées d’un trait de faux cuir.
Avec un pantalon noir et une blouse rouge, ça donne une tenue de ville qui a du caractère mais qui est adoucie par des chaussures de type babies.

dessin d'une femme en<br />
tailleur pantalon noir et blouse rouge éthiques


  • Veste et pantalon de la marque Ekyog issus du commerce équitable en lyocell (fibre biodégradable produite à partir d’eucalyptus)
  • Blouse de la marque Ekyog issue du commerce équitable, en soie
  • Chaussettes de la marque Bleu Forêt fabriquées à Vagney dans les Vosges
  • Chaussures en cuir de El Naturalista, marque engagée pour une production écologique et respectueuse des droits humains

English version

Astuces pour se faciliter la vaisselle à la main

Faire la vaisselle a longtemps été la corvée que je détestais le plus. En changeant ma façon de faire, j’ai rendu la tâche moins difficile et aujourd’hui ça ne me dérange plus de faire la vaisselle à la main. Voici donc la liste des trucs que j’ai utilisés pour me simplifier la vaisselle :

* La compagnie

Quand on fait la vaisselle à plusieurs, ça va beaucoup plus vite et on peut en profiter pour discuter.

* Le trempage

Si on fait la vaisselle juste après le repas, le trempage n’est pas nécessaire. Sinon, il est bien utile pour décoller la nourriture séchée des plats. Quand je peux, je recycle l’eau de rinçage de la vaisselle précédente pour faire tremper la vaisselle suivante.

* Un bon liquide vaisselle

J’ai dessiné mon liquide vaisselle Ecover qui nettoie bien, dure longtemps et est non toxique. Autre critère de choix : l’odeur. Si le produit vaisselle sent bon, ça crée une ambiance plus agréable.

dessin d'une bouteille de lave-vaisselle Ecover

* La motivation

Quand je n’ai pas envie de faire le vaisselle, je me dis « Allez, je lave juste une assiette », sachant que le plus dur c’est de commencer. Et une fois que j’ai lavé une assiette, je me dis « au point où j’en suis, je peux aussi bien en laver quelques autres ». Je continue comme ça et avant d’avoir pu dire ouf, la vaisselle est finie.

Une autre stratégie gagnante est de se promettre une petite récompense. Par exemple, d’abord je fais la vaisselle et ensuite je contacte une copine.

* L’égouttoir

Avec un égouttoir, plus besoin de sécher la vaisselle, elle sèche toute seule. Et pour pousser la paresse un peu plus loin, quand j’ai besoin d’une assiette, je l’attrape directement sur l’égouttoir. C’est toujours ça de moins à ranger.

* Réduire la quantité de vaisselle sale

En général, j’utilise la même assiette pour l’entrée, le plat principal et le fromage. Ca fait moins d’assiettes à laver. J’ai un verre attitré que je rince juste à l’eau claire quand il y a un fond de jus de fruits dedans, ce qui me permet de le réutiliser plusieurs fois avant de le laver.

* Faire autre chose en même temps

Faire la vaisselle ne nécessite pas d’être concentré à fond sur ce que l’on fait. On peut donc s’occuper l’esprit à autre chose : écouter de la musique ou la radio, téléphoner en utilisant le haut-parleur ou réfléchir à sa prochaine destination de vacances.

dessin d'un couple qui fait la vaisselle en équipe

Après il y a bien sûr la solution du lave-vaisselle lorsqu’on en a la possibilité. Si vous avez d’autres astuces pour rendre la vaisselle plus agréable, n’hésitez pas à les partager en commentaire :)

Une robe de princesse du défilé Valentino Haute Couture printemps-été 2013

dessin d'une robe de princesse vert d'eau brodée de fleurs de la collection Valentino Haute Couture printemps-été 2013

En regardant le défilé Valentino Haute Couture printemps-été 2013, je me suis arrêtée sur cette robe de princesse vert d’eau brodée de fleurs mais peut-être pas pour la bonne raison. Je me suis dit que ça ferait de magnifiques rideaux. Un peu comme dans Autant en emporte le vent mais à l’envers, je transformerais volontiers cette robe en rideaux. Mais bon elle est superbe en robe aussi.

Le défilé montre un très beau travail sur les broderies en relief. Vous pouvez voir toutes les photos sur les sites de Style et de Popsugar fashion.

English version

Un entourage de métro Guimard à Paris

A Paris je suis toujours contente quand je passe par une entrée de métro conçue par Hector Guimard. J’admire sa dentelle d’acier et les courbures organiques des réverbères qui se penchent vers le passant. J’apprécie qu’une oeuvre d’art soit dans la rue à portée de tout le monde. Et je prends ma dose d’Art Nouveau avant de continuer mon chemin.

dessin d'un entourage de métro Guimard à Paris

D’autres articles sur le mobilier urbain sur ce blog :

English version

En jeans pour le week-end

J’ai dessiné une tenue de week-end en mode éthique pour faire un petit tour en forêt. Pour être à l’aise pour prendre l’air, je combine jeans, baskets et T-shirt à manches longues. L’ensemble est bleu avec une touche de rose sur les baskets.

dessin d'une femme en jeans et baskets s'appuyant contre un arbre


  • Jeans de la marque Misericordia issu du commerce équitable en coton
  • Haut à manches longues de la marque Ethos en coton biologique et issu du commerce équitable
  • Baskets de la marque Veja issues du commerce équitable, en coton biologique et semelle en caoutchouc naturel
  • Chaussettes de la marque Bleu Forêt fabriquées à Vagney dans les Vosges

English version

Toilettes publiques à Paris

Les toilettes publiques à entretien automatique n’existent que depuis années 80 mais elles font maintenant partie du paysage urbain parisien. Ces sanisettes sont un des derniers lieux où on peut encore aller aux toilettes gratuitement à Paris.
Pour entrer dans une de ces grosses boîtes, il ne faut pas être claustrophobe. Il faut aussi être patient : entre les WC hors service et ceux qui sont squattés par les clochards, les WC restants nécessitent souvent de faire la queue derrière touristes et parisiens. Quand la personne devant vous sort des toilettes, il faut encore attendre le temps du nettoyage automatique entre deux personnes. Enfin votre tour arrive. Après cette expérience mémorable vous pourrez raconter que vous avez fait pipi dans une boîte de conserve géante ;-)

dessin de toilettes publiques à Paris

Lien utile : Où trouver des sanisettes à Paris

D’autres articles sur le mobilier urbain sur ce blog :

English version

Cédric Charlier, le couturier qui apprivoise les couleurs vives

J’ai flashé sur cette robe d’été asymétrique qui s’arrête au genou tirée du défilé printemps-été 2013 du créateur Cédric Charlier.

dessin d'une robe asymétrique colorée tirée du défilé Cédric Charlier printemps-été 2013

Elle a un fond blanc et des rayures bleues, orange et noires, verticales certains endroits et horizontales à d’autres. Son avantage selon moi : elle permet de porter des couleurs bariolées sans ressembler à un perroquet.

Vous pouvez voir toutes les photos de ce défilé sur les sites internet de Style et de Cédric Charlier.

English version

J’ai testé la serviette de toilette microfibre

J’ai découvert le concept de serviette de toilette microfibre dans un article de Tim Ferris (en anglais) sur comment voyager léger.

J’ai trouvé l’idée bonne et je me suis donc achetée une serviette de toilette en tissu microfibre à emmener quand je pars en voyage.

dessin d'une femme enroulée dans une serviette de toilette microfibre dans sa salle de bain

Voici mon avis après l’avoir testée:

Les plus :
+ Ma serviette fait 120 par 60 cm soit un peu plus que la taille d’une serviette normale pour s’essuyer les mains. Mais elle permet de s’essuyer le corps et aussi les cheveux car elle est très absorbante.
+ Elle sèche plus vite qu’une serviette ordinaire.
+ Elle est beaucoup plus légère et beaucoup moins encombrante qu’une serviette de bain.

Les moins :
- Elle est moins moelleuse qu’une serviette éponge. C’est pourquoi je la réserve pour les voyages et je ne l’utilise pas pour tous les jours.
- Elle ressemble à mes chiffons à poussière en microfibre. Attention de ne pas se tromper quand on est mal réveillé!
- Celle que j’ai acheté déteint au lavage

A la fin mon avis est plutôt positif. Pour l’anecdote je ne suis pas la seule à trouver cette serviette bien pratique puisqu’elle a disparu de ma chambre d’hôtel la dernière fois que je suis partie en voyage. L’hôtel m’a heureusement remboursée et je me suis rachetée la même.

Ma serviette de toilette microfibre vient de Nature & découvertes, est fabriquée en Chine et m’a coûté 20€ mais on en trouve des moins chères. Il y a des serviettes microfibres dans les magasins de sport et les magasins de randonnées et j’en ai aussi vues sur le site de la Redoute.

English version

Une poutre métallique transformée en œuvre d’art par Keith Haring

Les photos de cet article montrent plusieurs vues d’une même barre métallique de plusieurs mètres de long avec un dessin de Keith Haring. L’artiste américain est connu pour ses bonshommes stylisés qu’on croirait échappés d’un panneau de circulation. Il dessinait sur toutes sortes de supports : sur des bâches de chantier, des murs, des vases ou comme ici sur une poutre métallique.

Keith Haring, Beam (poutre), 1982

Sur ce dessin au marqueur, des bonshommes courent pour échapper à des chiens qui aboient. Ils fuient mais en même temps ils narguent le danger : certains font des pirouettes et d’autres se tapent amicalement la main.

Keith Haring, Beam (poutre), 1982

J’y verrais bien une évocation des artistes de rue fuyant devant la police, sachant que Keith Haring a commencé sa carrière en dessinant sur des affiches du métro new-yorkais et qu’il s’est fait plusieurs fois arrêter par la police. Cependant cette œuvre d’art n’a pas de titre pour laisser le spectateur libre de son interprétation.

Keith Haring, Beam (poutre), 1982

Keith Haring utilisait des symboles. Le bonhomme est une simple silhouette sans signe distinctif. Il représente l’être humain en général. Le chien qui abboie représente un oppresseur. Cela dit, Keith Haring n’a jamais donné les clés de son langage visuel pour laisser chacun y voir ce qu’il veut.

Vous pouvez admirer cette poutre décorée et bien d’autres œuvres à l’exposition « Keith Haring The political line » à Paris jusqu’au 18 août 2013. J’ai trouvé cette exposition très intéressante pour l’évocation de la scène artistique de New York dans les années 80 et pour montrer le côté engagé de Keith Haring. L’artiste s’exprimait sur des sujets qui lui tenaient à coeur comme le racisme, l’oppression des individus par l’état et la religion, la peur d’une guerre nucléaire et le sida qui décimait la communauté gay de New York à l’époque. Avant cette expo, je ne savais pas que derrière une apparence colorée et joyeuse, les oeuvres colorées de Keith Haring abordaient aussi des sujets plus sombres et complexes.

Pour en savoir plus :

English version