J’ai testé la serviette de toilette microfibre

J’ai découvert le concept de serviette de toilette microfibre dans un article de Tim Ferris (en anglais) sur comment voyager léger.

J’ai trouvé l’idée bonne et je me suis donc achetée une serviette de toilette en tissu microfibre à emmener quand je pars en voyage.

dessin d'une femme enroulée dans une serviette de toilette microfibre dans sa salle de bain

Voici mon avis après l’avoir testée:

Les plus :
+ Ma serviette fait 120 par 60 cm soit un peu plus que la taille d’une serviette normale pour s’essuyer les mains. Mais elle permet de s’essuyer le corps et aussi les cheveux car elle est très absorbante.
+ Elle sèche plus vite qu’une serviette ordinaire.
+ Elle est beaucoup plus légère et beaucoup moins encombrante qu’une serviette de bain.

Les moins :
- Elle est moins moelleuse qu’une serviette éponge. C’est pourquoi je la réserve pour les voyages et je ne l’utilise pas pour tous les jours.
- Elle ressemble à mes chiffons à poussière en microfibre. Attention de ne pas se tromper quand on est mal réveillé!
- Celle que j’ai acheté déteint au lavage

A la fin mon avis est plutôt positif. Pour l’anecdote je ne suis pas la seule à trouver cette serviette bien pratique puisqu’elle a disparu de ma chambre d’hôtel la dernière fois que je suis partie en voyage. L’hôtel m’a heureusement remboursée et je me suis rachetée la même.

Ma serviette de toilette microfibre vient de Nature & découvertes, est fabriquée en Chine et m’a coûté 20€ mais on en trouve des moins chères. Il y a des serviettes microfibres dans les magasins de sport et les magasins de randonnées et j’en ai aussi vues sur le site de la Redoute.

English version

Une poutre métallique transformée en œuvre d’art par Keith Haring

Les photos de cet article montrent plusieurs vues d’une même barre métallique de plusieurs mètres de long avec un dessin de Keith Haring. L’artiste américain est connu pour ses bonshommes stylisés qu’on croirait échappés d’un panneau de circulation. Il dessinait sur toutes sortes de supports : sur des bâches de chantier, des murs, des vases ou comme ici sur une poutre métallique.

Keith Haring, Beam (poutre), 1982

Sur ce dessin au marqueur, des bonshommes courent pour échapper à des chiens qui aboient. Ils fuient mais en même temps ils narguent le danger : certains font des pirouettes et d’autres se tapent amicalement la main.

Keith Haring, Beam (poutre), 1982

J’y verrais bien une évocation des artistes de rue fuyant devant la police, sachant que Keith Haring a commencé sa carrière en dessinant sur des affiches du métro new-yorkais et qu’il s’est fait plusieurs fois arrêter par la police. Cependant cette œuvre d’art n’a pas de titre pour laisser le spectateur libre de son interprétation.

Keith Haring, Beam (poutre), 1982

Keith Haring utilisait des symboles. Le bonhomme est une simple silhouette sans signe distinctif. Il représente l’être humain en général. Le chien qui abboie représente un oppresseur. Cela dit, Keith Haring n’a jamais donné les clés de son langage visuel pour laisser chacun y voir ce qu’il veut.

Vous pouvez admirer cette poutre décorée et bien d’autres œuvres à l’exposition « Keith Haring The political line » à Paris jusqu’au 18 août 2013. J’ai trouvé cette exposition très intéressante pour l’évocation de la scène artistique de New York dans les années 80 et pour montrer le côté engagé de Keith Haring. L’artiste s’exprimait sur des sujets qui lui tenaient à coeur comme le racisme, l’oppression des individus par l’état et la religion, la peur d’une guerre nucléaire et le sida qui décimait la communauté gay de New York à l’époque. Avant cette expo, je ne savais pas que derrière une apparence colorée et joyeuse, les oeuvres colorées de Keith Haring abordaient aussi des sujets plus sombres et complexes.

Pour en savoir plus :

English version

Look d’été

Ces derniers temps, j’ai fait quelques recherches pour savoir comment m’habiller de façon plus éthique. En fouinant, j’ai trouvé des marques et même des magasins spécialisés dans la mode éthique. J’ai aussi repéré des vêtements très sympa et fait quelques achats dont je vous reparlerai après les avoir testés.

Je n’achète pas tous les vêtements que je repère (ce ne serait pas raisonnable n’est ce pas?) mais j’ai trouvé la parade : Quand un vêtement me fait de l’oeil, je le dessine et il rejoint ma collection de mode virtuelle.
Après avoir dessiné mes coups de coeur streetstyle, défilés et tapis rouges,
j’entame donc une nouvelle série de dessins de mes coups de coeur de mode éthique. Je commence par une tenue de saison pour se prélasser sur un transat.

dessin d'une femme se relaxant sur un transat


  • Short orange de la marque Tudo Bom en coton biologique et issu du commerce équitable
  • T-shirt de la marque Monsieur Poulet en coton biologique et équitable, illustré par Tony Riff.
  • Sandales de la marque K.Jacques fabriquées à Saint Tropez

English version

Keira Knightley en robe de mariée Chanel

Keira Knightley s’est mariée début mai dans le sud de la France. L’actrice portait une robe bustier blanche avec un tutu, une discrète couronne de fleurs et des ballerines. Son style danseuse me rappelle beaucoup la tenue de mariée de l’actrice Natalie Portman qui s’est mariée l’été 2012 en Rodarte.

dessin de Keira Knightley en robe de mariée de style ballerine qui s'arrête aux genoux avec une veste en tweed Chanel

Keira Knightley a un côté non conventionnel avec ses lunettes de soleil, ses cheveux au vent et une veste en tweed Chanel qu’on imaginerait pas portée sur une robe de mariée.

dessin de la coiffure de mariée de Keira Knightley

Sa tenue est très bien pour bouger à son aise. Apparemment elle aurait réutilisé une robe de soirée signée Chanel qu’elle possédait déjà. J’aime bien l’idée de donner une nouvelle vie à un vêtement plutôt que d’acheter une robe bien chère qu’on ne porterait qu’une seule fois.

Corrections du 13/03/2014 : la robe est de marque Chanel et non pas Rodarte.

English version

Qu’est-ce que la Poésie selon Alfred de Musset

Impromptu
(En réponse à la question : Qu’est-ce que la Poésie ? )

Chasser tout souvenir et fixer sa pensée,
Sur un bel axe d’or la tenir balancée,
Incertaine, inquiète, immobile pourtant,
Peut-être éterniser le rêve d’un instant ;
Aimer le vrai, le beau, chercher leur harmonie ;
Écouter dans son cœur l’écho de son génie ;
Chanter, rire, pleurer, seul, sans but, au hasard ;
D’un sourire, d’un mot, d’un soupir, d’un regard
Faire un travail exquis, plein de crainte et de
Faire une perle d’une larme :
Du poète ici-bas voilà la passion,
Voilà son bien, sa vie et son ambition.


Alfred de Musset

dessin du poète qui transforme ses larmes en perles

English version

Comment acheter des vêtements sans avoir mauvaise conscience

Le 24 avril 2013, un immeuble, le Rana Plaza, s’est effondré au Bangladesh, tuant plus de 1000 personnes. C’est très loin le Bangladesh mais je me sens quand même concernée par ce drame. L’immeuble hébergeait des ateliers textiles où des ouvriers et ouvrières payés environ 30 € par mois travaillaient de longues heures pour produire des vêtements à bas coût vendus en Europe et Amérique du Nord. Ils avaient été obligés de retourner travailler bien que des fissures soient apparues dans le bâtiment construit illégalement. Il fallait travailler malgré le risque pour continuer à fournir les marques occidentales en vêtements. Les ateliers travaillaient entre autres pour les marques Benetton et Mango. On a retrouvé dans les décombres des étiquettes de C&A, Camaïeu, In Extenso (Auchan), Tex (Carrefour) et Siplec (Edouard Leclerc). Personnellement, j’ai déjà acheté des vêtements Tex et C&A, je vais dans les magasins Mango et Benetton.

dessin inspiré du drame du Bangladesh

On se sent révolté devant un tel drame mais aussi impuissant. Pourtant c’est possible d’agir à son niveau.

D’abord on peut contacter directement les marques de vêtements (via leur site, leur page facebook ou par courrier) pour leur demander de respecter les droits humains dans leurs usines. Pourquoi c’est utile? Parce que les marques sont à l’écoute de ce que veulent leurs clients.

On peut aussi signer et faire circuler la pétition du Collectif de l’Éthique sur l’étiquette qui demande aux marques impliquées dans le drame du Bangladesh d’indemniser les victimes et de sécuriser leurs usines.

Enfin, on peut essayer de consommer mieux :
* Réfléchir avant d’acheter, pour ne pas acheter des vêtements qui ne sortiront jamais du placard
* Réutiliser les vêtements qu’on a déjà. En fouillant ses armoires, on retrouve parfois des vêtements très bien qu’on avait oubliés.
* Retoucher ou réparer les vêtements qu’on a déjà, soi-même ou en faisant appel à une couturière
* Acheter des vêtements d’occasion dans des friperies ou des vide-greniers
* Acheter local. Les vêtements made in France ça existe encore et quand c’est le cas c’est souvent bien visible sur l’étiquette
* Troquer des vêtements avec des ami(e)s
* Acheter des vêtements issus du commerce équitable (qui sont souvent aussi des vêtements écologiques). On peut citer des marques de mode éthique comme Tudo Bom, Veja, Ethos, Peau Ethique, les magasins Artisans du monde, le label Max Havelaar qui certifie le coton équitable…
* Se mettre à la couture ou/et au tricot pour créer ses propres vêtements
* Acheter des vêtements de bonne qualité pour éviter de devoir en racheter régulièrement

Si vous avez d’autres idées pour acheter ses vêtement en ayant bonne conscience, n’hésitez pas à les partager en laissant un commentaire.

English version

Aung San Suu Kyi et vaincre la peur

Aung San Suu Kyi est la lauréate du prix Nobel de la Paix 1991.
En 1988, elle quitte sa carrière d’universitaire et sa famille à Londres pour retourner dans son pays d’origine, la Birmanie et elle s’engage politiquement contre la dictature. Entre 1989 et 2010, elle passe 15 ans emprisonnée. A sa libération, elle est élue députée et elle travaille à la démocratisation de la Birmanie en dialoguant avec ceux là même qui l’ont emprisonnée.

dessin de Aung San Suu Kyi venue recevoir son prix Nobel de la paix en 2012

Dans une intervention à la BBC en 2011, Aung San Suu Kyi parle de la liberté et de se libérer de la peur. J’ai essayé de traduire un extrait des propos de celle qui a trouvé le courage de s’opposer à la dictature :

« La peur est le premier adversaire que nous devons dépasser lorque l’on entreprend de se battre pour la liberté, et souvent elle nous accompagne jusqu’au bout. Mais il n’est pas nécessaire de se libérer complètement de la peur. Il faut juste s’en libérer suffisamment pour pouvoir continuer à lutter; et continuer malgré la peur demande un courage énorme. »

Elle dit aussi, en parlant des dissidents dont elle fait partie :

« Ils font semblant de ne pas avoir peur quand ils font ce qu’ils ont à faire et ils font semblant de ne pas voir que leurs camarades eux aussi font semblant de ne pas avoir peur. Ce n’est pas de l’hypocrisie. C’est du courage qui doit être renouvelé sciemment de jour en jour et d’heure en heure. »

En résumé, elle a peur mais elle y va quand même et elle fait semblant de ne pas avoir peur. En tout cas elle joue bien la comédie car quand on la voit elle a réellement l’air de n’avoir peur de rien.

Pour en savoir plus :
l’enregistrement et la retranscription (en pdf) de l’intervention de Aung San Suu Kyi à la BBC (en anglais)

English version

Marion Cotillard en tailleur d’été Dior

J’ai dessiné Marion Cotillard qui porte un tailleur Dior gris clair avec des manche courtes et une large ceinture à la taille.

dessin de Marion Cotillard en tailleur d'été Dior gris clair

J’avais repéré cette tenue en 2009 et elle me plait tout autant aujourd’hui, sans doute grâce à son style élégant et atemporel.

English version

Le lustre en verre coloré du Victoria and Albert Museum

En ce moment je fais des recherches pour trouver un beau plafonnier. En fait j’ai déjà trouvé mon lustre de rêve mais le problème c’est qu’il mesure 9 mètres de haut.

dessin du lustre en verre jaune et bleu de Dale Chihuly au Victoria and Albert Museum

Il s’agit d’une sculpture de verre aux tentacules jaunes et bleues entrelacées de l’artiste Dale Chihuly. Ce lustre monumental orne le dôme de l’entrée du Victoria and Albert Museum à Londres. Je le trouve juste génial.

Pour en savoir plus :

le site internet de Dale Chihuly (en anglais mais avec beaucoup de photos)

English version