Tests sur les animaux pour les cosmétiques en Chine

Les tests sur les animaux pour les cosmétiques sont interdits en Europe depuis 2013. Ils sont malheureusement toujours pratiqués en Chine bien qu’il existe des méthodes de substitution comme par exemple des tests in vitro. Cet article essaie de faire le point sur l’expérimentation animale en Chine pour les cosmétiques aujourd’hui.

En 2014, la Chine a adopté une législation pour diminuer l’usage des tests sur les animaux. Cette législation autorise les fabricants chinois de cosmétiques à utiliser des méthodes de substitution pour les cosmétiques dits « ordinaires » tels que produits de maquillage, parfums, shampoings, vernis ou crèmes hydratantes.

Par contre, il y a toujours des tests sur les animaux pour tous les produits non « ordinaires » tels que les crèmes solaires, les teintures pour les cheveux ou les déodorants.

D’autre part la dispense de tests sur les animaux ne concerne que les cosmétiques « ordinaires » fabriqués en Chine. Ca veut dire que tous les cosmétiques importés doivent être testés sur les animaux.

Il y a des marques engagées comme Logona ou Lavera qui ont arrêté de vendre leurs produits en Chine pour être en accord avec leur éthique. Et il y a des marques comme Estée Lauder, Avon, L’Occitane ou L’Oréal qui acceptent de tester leurs produits sur les animaux pour être sur le marché chinois.

Mais en tout cas le problème des tests sur les animaux n’est pas du tout réglé en Chine. Des association comme Humane Society International et People for the Ethical Treatment of Animals (PETA) sont mobilisées pour que la Chine arrête les tests sur les animaux pour les cosmétiques. Espérons que leur action et la pression des consommateurs permette de faire bouger les choses.

Lapin dans l'herbe

Un lapin qui a la chance d’être dans la nature et pas dans dans un labo

Lotion pour les mains très sèches

Une recette pour les mains et les pieds très secs.
Mes mains « boivent » littéralement les crèmes hydratantes alors il leur faut un traitement spécial pour leur éviter de craqueler quand l’hiver arrive.

sol craquelé

 


Les ingrédients :
* de l’huile végétale. J’ai testé plusieurs huiles : amande douce, noyaux d’abricot ou carthame. On peut aussi prendre l’huile d’olive qu’on utilise pour la cuisine.
* de la glycérine. Je trouve de la glycérine en pharmacie (j’ai payé 2,4€ un flacon de 60ml). La glycérine peut être d’origine animale ou végétale ou de synthèse. L’origine n’est pas toujours précisée.


Le contenant :
un ancien flacon d’huile végétale nettoyé avec du liquide vaisselle, rincé à l’eau puis à l’alcool.


La recette :
Verser dans le flacon vide une dose de glycérine puis 4 doses d’huiles végétales. On peut doser approximativement à l’œil car la glycérine et l’huile ne se mélangent pas. Voilà c’est prêt.

schéma de la recette d'une lotion pour mains sèches

La glycérine et l’huile ne forment pas un mélange homogène, l’huile surnage au dessus de la glycérine. Ca signifie qu’il faut secouer énergiquement le flacon avant chaque utilisation. Quelques gouttes de lotion suffisent, sous peine d’avoir les mains poisseuses. Elle est à réserver aux peaux très sèches qui ne peuvent pas se contenter d’une crème hydratante. Je l’applique après la douche, avant de dormir et lorsque je sens mes mains qui tiraillent. Cette lotion maison se conserve plusieurs semaines. Enfin elle est d’une efficacité remarquable, notamment pour prévenir les gerçures.

Charte CosmEthique

Fabriquer ses cosmétiques
pour être sûre de ce qu’ils contiennent
pour le plaisir du fait maison
pour ne plus être dans une logique de consommation et de dépenses excessives
pour sélectionner les meilleurs ingrédients qu’offre la Nature


Made by Nature


Fabriquer ses cosmétiques et prendre ses responsabilités
Respecter le travail des autres
Rappeler systématiquement les précautions d’emploi des huiles essentielles
Savoir que ses actes et ses écrits ont des conséquences
des conséquences sur les autres, qui peuvent faire une réaction en testant vos recettes
des conséquences sur l’environnement, quand on fait la promotion d’extraits de plantes en voie d’extinction

Ce blog, qui n’est qu’en partie consacré aux produits de beauté, soutient totalement la Charte CosmEthique :


Charte CosmEthique


logo blog CosmEthique


Les blogs, sites ou articles de blog proposant recettes et produits de cosmétiques maison se multiplient. Pour ne pas se perdre dans cette nouvelle jungle cosmétique, pour informer bloggeurs comme lecteurs, nous avons rassemblé ici différents rappels et recommandations :

Mon brumisateur rechargeable

Quand la chaleur estivale s’installe, rien de tel qu’un nuage d’eau pour se rafraîchir.

Les industriels ont inventé pour cela le brumisateur JETABLE, qui s’ajoute à nos nombreux déchets. De plus son prix est astronomique quand on pense qu’il ne contient que de l’eau.

Une alternative pour s’arroser sans polluer est d’utiliser un brumisateur REUTILISABLE : un vaporisateur de jardin (en s’assurant qu’il n’a pas contenu précédemment de substances toxiques) ou un vaporisateur d’eau florale que l’on récupère une fois vide.

J’ai trouvé plus joli, un vaporisateur de parfum à l’ancienne, avec une poire pour envoyer l’eau.

vaporisateur

 

J‘ai trouvé plusieurs utilisations à ce flacon :

* S’asperger élégamment quand il fait trop chaud
* Contenir des lotions faites maison pour la peau (des infusions de plantes par exemple)
* Décorer ma salle de bain
* Humidifier un masque à l’argile quand il commence à sécher
* Humidifier le torchon qui recouvre la pâte à brioche (miam!) en train de gonfler

vaporisateur

Routine beauté naturelle pour petit budget

type de peau : sèche
type de cheveux : secs
signe particulier : privilégie la simplicité et les produits économiques

Routine du matin :

– douche avec du savon d’Alep Douce nature (2,49€ pour 230g) qui est assez doux
ou le shampoing douche kiwi aloé véra de Melvita (8,95€ le litre) à conseiller si vous préférez le gel douche. Je l’apprécie pour son prix (comparable aux prix des grandes surfaces) et son parfum discret.
J’utilise une fleur de douche pour gommer le corps.

savon d'Alep shampoing douche kiwi aloé véra Melvita


– soins du visage :
rinçage à l’eau du robinet
Crème au calendula de Weleda (6€ pour 75ml). Nourrissante, elle peut aussi être utilisée sur tout le corps.

Crème au calendula

– soins du corps :
Huile de sésame alimentaire bio (4,46€ les 50cl), à appliquer tous les jours pour éviter la peau de crocodile.

Routine du soir :

– soins du visage :
nettoyage avec le savon au calendula de Weleda. Il est doux et il sent bon.
rinçage à l’eau du robinet
Beurre de karité brut Arc en Sels (obtenu par pression, non raffiné 16,6€ pour 200ml). Il est multi-usages, et je trouve son odeur pas désagréable.

Savon au calendula

karité Arc en Sels

Routine pour les cheveux :

– shampoing tous les 3-4 jours avec le shampoing douche kiwi aloé véra de Melvita


– quand je suis motivée, masque avant shampoing au monoï (Soleil des îles trouvé en supermarché 4,86€ les 125 ml) avec un bonnet de douche et une serviette de bain sur la tête

Autres soins :

dentifrice au ratanhia de Weleda (3,81€ les 75ml)

– cube de savon de Marseille (3,2€ le pain de 600g en magasin bio) pour se laver les mains

dentifrice au ratanhia savon de Marseille

 

– gommage à l’huile végétale et au sucre pour le corps

– masque à l’argile blanche ciel d’azur (3€ les 300g) sur les boutons. Sinon je noie les boutons récalcitrants dans l’alcool.

– pour les mains, lotion maison, mélange de 1/5 glycérine (2,4€ les 60ml en pharmacie) et de 4/5 huile végétale

– pour les pieds, pierre ponce puis massage avec le mélange maison de glycérine et d’huile végétale

– épilation avec un épilateur qui est plus vieux que moi

– baume à lèvres d’après une recette de Hooly, mais sans huile essentielle

Notes :
* J’ai aussi des produits non naturels qu’il ne m’intéresse pas de citer ici.
* Cette routine est déjà obsolète car je me suis mise à la fabrication d’une crème hydratante maison.
* Les routines des cybercopines

10 bonnes raisons de passer aux cosmétiques naturels

J’ai remarqué que les adeptes des cosmétiques naturels se font souvent interpeller sur leur choix. On se retrouve alors face à des personnes qui ont subi la désinformation des marques, des magazines et des vendeuses et ne voient pas l’intérêt des produits naturels. Alors en réponse aux sceptiques, voici 10 points forts des cosmétiques naturels :

1. ils sont efficaces

Pendant des siècles, des ingrédients trouvés dans la nature ont servi à la préparation de cosmétiques. Leur efficacité était reconnue, et cela bien avant l’apparition de la pétrochimie.

Les grandes marques de cosmétiques possèdent des laboratoires de recherche, mais toutes leurs découvertes ne sont pas suffisantes : les actrices qui ont accès aux dernières innovations sont quand même obligées de faire du sport, de suivre des régimes draconiens et de recourir à la chirurgie esthétique.


D’ailleurs, innovation et cosmétique naturelle ne sont absolument pas contradictoires. Les marques naturelles ont aussi des laboratoires de recherche qui étudient de nouvelles matières premières végétales pour créer des produits encore plus efficaces.

Les extraits des plantes sont actifs : en les étudiant, on a pu trouver un grand nombre de médicaments. Les huiles essentielles par exemple sont composées d’une multitude de principes actifs. Elles sont tellement concentrées qu’elles doivent être employées avec précaution. Elles peuvent soigner, mais aussi embellir.


Fleur bleue

Les cosmétiques naturels peuvent contribuer à la bonne santé de votre corps, à vous sentir bien dans votre corps et à vous mettre en valeur.

2. leur composition

Les cosmétiques naturels ne contiennent pas d’ingrédients inutiles : colorants, parfums synthétiques ou agents de texture qui ont pour seul effet d’améliorer l’aspect du produit.

Ils contiennent une plus grande quantité d’ingrédients actifs que les cosmétiques chimiques. En effet, les cosmétiques classiques contiennent très peu d’extraits végétaux, contrairement à ce qu’ils essaient de faire croire.

Les excipients (qui servent à transporter les ingrédients actifs) sont souvent des huiles végétales qui apportent tous leurs bienfaits. Les excipients des cosmétiques classiques sont choisis pour leur prix et non pas pour leurs propriétés. Plus généralement, les cosmétiques naturels privilégient la qualité des matières premières.

3. ils ne sont pas testés sur les animaux

lapin blanc Les ingrédients végétaux sont utilisés depuis des siècles et leurs effets sont bien connus. Ils n’est donc pas nécessaire de les tester sur les animaux.

Pour les nouveaux ingrédients, il existe des méthodes substitutives aux tests sur les animaux.

Et bien sûr, il n’y a pas d’ingrédients animaux dans les cosmétiques naturels.

4. ils sont économiques

Les produits tout faits sont au prix des cosmétiques de parapharmacie. En fabriquant soi-même ses produits, on dépense encore moins.

dessin d'une tirelire cochon roseLa plupart des produits naturels sont multiusages et durent très longtemps.

Quand on passe au naturel, ce n’est pas pour acheter plein de produits inutiles mais plutôt pour choisir quelques produits adaptés à sa peau.

5. le respect de soi

Dans notre société, les mannequins (femmes ou hommes) des publicités cosmétiques nous représentent la beauté « idéale ». En essayant de ressembler à ce physique « parfait », on oublie la réalité de son corps : atteindre le niveau de maigreur des mannequins ne peut que nuire à la santé, refuser les rides empêche de voir la beauté d’un corps même mûr, et surtout comment avoir confiance en soi quand on se compare à un modèle inaccessible? Respecter son corps c’est d’abord l’accepter tel qu’il est sans vouloir le transformer à tout prix. Les cosmétiques naturels ont pour but de prendre soin de notre corps. Ils n’imposent pas de stéréotype de la beauté et ne promettent pas de vous transformer en top model.

Les cosmétiques naturels sont formulés pour répondre aux besoins des différents types de peau en n’oubliant pas que c’est aux cosmétiques de s’adapter à chaque personne, et pas le contraire. Et pour personnaliser encore plus ses cosmétiques, on peut les fabriquer soi-même.

Quand on parle de naturel, cela ne signifie pas un refus de tout artifice. Les personnes qui achètent des cosmétiques naturels cherchent simplement à valoriser ce qu’il y a de beau en elles.

6. ils ne sont pas nocifs pour la santé

Les conservateurs chimiques, les parfums de synthèse, les filtres solaires chimiques et certains colorants contenus dans les cosmétiques ordinaires peuvent causer des allergies. Les tensioactifs contenus dans les gels douche sont irritants pour la peau.

Les cosmétiques naturels sont composés d’ingrédients dont les effets sont connus. Il est toujours possible de réagir à certains ingrédients, que l’on apprend à reconnaître et à éviter. En même temps, beaucoup de plantes ont des effets bénéfiques sur les problèmes de peaux.

Les cosmétiques chimiques utilisent des ingrédients récents dont on ne connaît pas bien les effets sur la santé. Certains ingrédients sont soupçonnés d’être cancérigènes et d’autres d’être toxiques, mais il est très difficile de le prouver avec certitude. En plus, l’industrie cosmétique n’a aucun intérêt à faire des recherches sur les risques de ses produits.

Les marques naturelles appliquent le principe de précaution en refusant les ingrédients polémiques ainsi que les organismes génétiquement modifiés.

La recherche de cosmétiques plus naturels s’accompagne souvent d’une remise en cause de ses habitudes d’alimentation, de sédentarité et de rythme de vie. Tous ces facteurs influent sur la santé et la beauté du corps.

7. ils préservent l’environnement

Les ingrédients naturels sont biodégradables et non polluants. Ils sont souvent issus de l’agriculture biologique qui respecte la nature.

Les marques naturelles ne font pas de suremballage et proposent certains produits en format familial, pour limiter les déchets.

On peut souvent trouver les cosmétiques naturels dans des pharmacies, magasins bio ou diététiques, ce qui favorise le commerce de proximité.

8. ils simplifient la vie

Rien ne sert de multiplier les cosmétiques comme autant de couches superposées sur la peau. Les cosmétiques naturels cherchent à rétablir l’équilibre de la peau. Ainsi, on n’a plus besoin d’autant de produits et on peut simplifier sa routine de beauté.

Quelques produits de base suffisent pour se faire une trousse de beauté naturelle. Des produits comme le beurre de karité qui nourrit à la fois le visage, le corps et les cheveux sont particulièrement pratiques, ne serait-ce que pendant les vacances.

dessin de produits de beauté avant/après le naturel

9. ils ne misent pas tout sur le marketing

Pas de publicités avec des top models retouchées pour nous complexer et nous faire acheter n’importe quoi.

Pas de matraquage publicitaire (pas de publicités dans les magazines féminins avec des articles qui recopient les arguments publicitaires, pas de publicités à la télé, pas de publicités sur des affiches géantes).

Pas de publicité mensongère avec des promesses irréalisables.

10. le plaisir!

femme fleur
Utiliser des extraits naturels permet de se sentir plus en harmonie avec la nature.

Avec les produits naturels, je n’ai plus le nez agressé par des odeurs artificielles. Au contraire, les eaux florales et les produits à base d’huiles essentielles permettent de retrouver le véritable parfum des fleurs.

De plus, je me fais plaisir en utilisant ce que je considère comme le meilleur des cosmétiques.

Préférer les cosmétiques naturels, c’est choisir de protéger la nature, de refuser les tests cosmétiques sur les animaux, de prendre soin de son corps et d’être en accord avec soi-même.
Attention : beaucoup de produits se prétendent naturels abusivement. Pour s’y retrouver, le seul moyen est de se baser sur les compositions des cosmétiques.

Remerciements : Lia et Beautymist

1001 remèdes naturels

J’ai pris à la bibliothèque le livre de Laurel Vukovic, 1001 remèdes naturels aux éditions Vigot. C’est un livre qui est souvent cité par les naturelles (naturelles étant le diminutif pour « utilisatrices de cosmétiques à base d’ingrédients naturels et d’autres alternatives écologiques ou faites maison dans tous les domaines »).


couverture du livre


Ce livre est une bonne surprise pour moi. C’est comme un album que l’on feuillette avec plaisir, ne serait-ce que pour les photos. Le livre est divisé en quatre parties : la santé par les plantes, la beauté par les plantes, une maison et un jardins naturels et enfin soins naturels aux animaux de compagnie.

Pour vous donner une idée du style de Laurel Vukovic, le meilleur moyen est de recopier un extrait du livre. Prenons par exemple le remède numéro 345 :


Exfoliant crémeux pour peaux sèches et délicates

Ajouter de la crème à un exfoliant facial le rend particulièrement riche et doux pour les peaux sèches et délicates. L’huile essentielle de rose lui donne un arôme délicat.
50 g de flocons d’avoine
3 cuillers à soupe d’amandes
1 goutte d’huile essentielle de rose
1 cuiller à soupe de crème épaisse

Moulez finement et séparément les flocons d’avoine et les amandes dans un moulin à café propre ou un mixer. Mélangez-les ensuite puis placez-les dans un récipient couvert. Vous pouvez ajouter une goutte d’huile essentielle de rose pour parfumer le mélange. Pour l’utilisation, mélangez une cuiller à soupe de préparation exfoliante avec une cuiller à soupe de crème épaisse. Humectez-vous le visage à l’eau chaude, puis faites pénétrer la crème en vous massant délicatement du bout des doigts. Rincez-vous bien, à l’eau chaude.


Voilà, c’est une recette sympa pour se pomponner. Et il y en a 1000 autres comme ça.

Je pense que ce livre est une bonne idée de cadeau pour quelqu’un qui commence à s’intéresser au naturel ou aime faire ses produits soi-même.

Je n’ai qu’un bémol, l’auteur met des huiles essentielles sans indiquer les précautions d’usage. Donc soit on connaît déjà les huiles essentielles avant de lire le livre, soit on lit les précautions d’emploi qui amènent à ce méfier de certaines recettes où les huiles essentielles sont juste mélangées à des eaux florales, alors qu’elles ne sont pas solubles dans les eaux florales.

Puisque j’ai enfin trouvé de la cire d’abeille, je suis tentée d’essayer une version simplifiée de la crème hydratante à la rose ou de la crème à la camomille. En tout cas, ce livre m’a donné envie de découvrir d’autres livres sur le naturel et l’écologie.

Déchiffrer les emballages des cosmétiques

 Savez-vous que l’étiquetage des cosmétiques est réglementé? En fait, l’emballage d’un cosmétique doit répondre à 2 exigences contradictoires :
– la loi impose une information complète et honnête pour renseigner l’acheteur
– la stratégie marketing veut influencer la décision d’achat du consommateur en mettant uniquement en valeur les avantages (réels ou imaginaires) du produit. Cet article va essayer d’éclaircir les indications données par les emballages des produits cosmétiques.


Les mentions obligatoires

Sur les emballages cosmétiques, certaines indications sont obligatoires. Ces indications sont :

– Le nom et l’adresse du fabricant

– l’indication du pays d’origine pour les produits fabriqués dans un état non européen

– Le contenu, indiqué en masse ou en volume, sauf pour les emballages contenant moins de 5 grammes ou moins de 5 millilitres. C’est cette quantité qui permet de comparer les prix, et pas la taille de l’emballage, qui est souvent surdimensionné par rapport à ce qu’il contient.

– Si le produit se conserve moins de 30 mois, le fabricant indique la date limite de conservation. Si le produit se conserve plus de 30 mois, cette date n’est pas obligatoire. Aujourd’hui, elle est donc souvent absente sur les cosmétiques. Mais depuis mars 2005, la durée limite d’utilisation est aussi obligatoire pour les produits qui se conservent plus de 30 mois. Sur l’emballage, un symbole représente un pot de crème ouvert avec la lettre M suivie d’un nombre. Par exemple, M 18 signifie : à utiliser dans les 18 mois qui suivent l’ouverture.

logo représentant un pot de crème

– Les précautions particulières d’emploi. Elles peuvent être utiles pour éviter une réaction allergique quand on se sert d’une teinture pour les cheveux par exemple.

– Le numéro de lot de fabrication permet d’identifier le cosmétique et d’avoir une traçabilité des produits

– La fonction du produit

– La liste complète des ingrédients dans l’ordre décroissant. Les ingrédients qui représentent plus de 1% du produit sont listés dans l’ordre décroissant de leur masse (ceux qui pèsent le plus lourd en premier). Ensuite, les ingrédients qui représentent moins de 1% du produit peuvent être mentionnés dans le désordre. Mais la quantité exacte de chaque ingrédient n’est pas donnée.
En pratique, les 3 ou 4 premiers ingrédients de la liste sont les plus importants. Par contre, un ingrédient situé à la fin de la liste est en faible quantité, ce qui va limiter son action.
Souvent, l’emballage insiste sur un ou plusieurs ingrédients vedettes, censés justifier l’efficacité du produit. Mais ces ingrédients vedettes représentent une part infime du produit, ce que l’on peut vérifier en repérant leur position dans la liste des ingrédients.

– Depuis mars 2005, la mention de 26 substances parfumantes allergènes est obligatoire dans la liste des ingrédients : Amyl cinnamal = 2-benzylidèneheptanal , benzyl alcohol = alcool benzylique , Cinnamyl alcohol = alcool cinnamylique , citral , eugenol , hydroxycitronellal , isoeugenol , Amylcinnamylalcohol , Benzyl salicilate = salicylate de benzyle , Cinnamal = cinnamaldéhyde , Coumarin , geraniol , Hydroxymethylpentylcyclohexenecarboxaldehyde =4-(4-hydroxy-4-méthylpentyl)cyclohex-3-ènecarbaldéhyde , Anisyl alcohol , Benzyl cinnamate = cinnamate de benzyle , farnesol , 2-(4-tert-butylbenzyl) propionaldehyde , linalool = linalol, Benzyl benzoate = benzoate de benzyle , citronellol , hexylcinnamaldéhyde , Limonene , Methyl heptin carbonate , 3-méthyl-4-(2,6,6-tri-méthyl-2-cyclohexène-1-yl)-3-butène-2-one , Oak moss extract = evernia prunastri extraits , Treemoss extract = evernia furfuracea extraits
Certaines de ces substances sont synthétiques, d’autres sont contenues dans des huiles essentielles qui sont des ingrédients naturels.

La nomenclature INCI

loupe Les noms des ingrédients mentionnés sur les emballages ne sont pas écrits en français. Les ingrédients sont codés dans un langage appelé INCI (International Nomenclature of Cosmetic Ingrédients). Cette Nomenclature Internationale des Ingrédients Cosmétiques a été conçue en 1973 et son utilisation en Europe est obligatoire depuis 1998. L’indication de tous les ingrédients avait pour but au départ de repérer les produits allergisants. L’intérêt est que les noms des ingrédients sont les mêmes dans un grand nombre de pays, notamment en Amérique du Nord et en Europe.

La nomenclature INCI a quand même ses limites : On ne connaît pas la quantité exacte des ingrédients, ni leur origine (pas moyen de savoir si la lécithine de soja est génétiquement modifiée ou pas) et leur mode de fabrication (par exemple, les acides de fruits ne sont en général pas obtenus en pressant des citron mais par un procédé biotechnologique à partir de sucre de canne). Le fabricant peut même demander à ne pas indiquer un ingrédient s’il a peur d’être copié par ses concurrents.
Mais le plus gros inconvénient de ce langage, c’est qu’il est incompréhensible pour les consommateurs.

Pour commencer à mieux comprendre la nomenclature INCI, je vais commencer par donner quelques règles générales :

– Un nom en latin correspond à un ingrédient extrait d’une plante. C’est le nom latin de la plante qui est indiqué. Par exemple Prunus Dulcis, qui est le nom botanique de l’amandier, est le nom INCI de l’amande douce.

– Les noms scientifiques de molécules et les noms courants sont le plus souvent en anglais. Ainsi, salicylic acid est le nom anglais de la molécule d’acide salicylique (BHA), et wheat protein est la traduction anglaise de la protéine de blé.

– Les colorants sont codifiés par un « Colour Index » ou C.I. (CI + nombre à 5 chiffres). Par exemple, C.I. 75810 est le code de la chlorophylle qui est employée comme colorant vert. Les colorants peuvent être mentionnés dans le désordre en dernier dans la liste des ingrédients.

– En ce qui concerne les ingrédients odorants, ils ne sont pas détaillés. On lit simplement « parfum » dans la liste des ingrédients. Ce sont quasiment toujours des parfums de synthèse. Lorsque les parfums sont extraits de plantes, le fabricant précise en général que le parfum est à base d’huiles essentielle.

Voici enfin quelques liens qui donnent des traductions des ingrédients INCI

http://www.beaute-test.com/composant.php

http://www.mercona.com/pdf/INCI.pdf
Si vous ne lisez pas le pdf, essayez ce lien.
C’est le site en anglais d’un fabricant de cosmétiques. Le dictionnaire INCI le plus complet sur internet.

http://www.cosmeticscop.com/learn/dictionary.asp?TYPE=MAIN
Site en anglais. Paula Begoun n’est pas naturelle mais cette spécialiste des cosmétiques donne son avis franc et critique sur les ingrédients des cosmétiques sur ce site.

A voir aussi :

– les moteurs de recherche peuvent aider à décoder des ingrédients inconnus.


– Le livre la vérité sur les cosmétiques de Rita Stiens est souvent recommandé pour son lexique INCI.

Les indications ajoutées par les fabricants

Les fabricants choisissent avec soin le design, les couleurs et chaque mot que l’on pourra lire sur l’emballage. La présentation du produit cosmétique doit être attractive pour le client. A l’avant du produit, on peut lire quelques mots clés qui reflètent ses principales caractéristiques et à l’arrière, la description de ses qualités est plus détaillée et cherche à être convaincante.

Les produits cosmétiques n’ont pas besoin comme les médicaments d’obtenir une Autorisation de Mise sur le Marché. Ils n’ont pas à prouver leur efficacité avant d’être mis en vente et les fabricants peuvent écrire tout ce qu’ils veulent sur les emballages. Leur seule limite est liée à l’interdiction de la publicité mensongère, c’est à dire des indications fausses ou de nature à induire en erreur. Pour contester les affirmations d’un fabricant de cosmétiques, il faut porter plainte pour publicité trompeuse et prouver que le fabricant a menti ou induit en erreur le client. Les plaintes sont rares, d’autant plus que les fabricants essaient de jouer sur les mots dans les publicités de façon à éviter les plaintes.

Spirale d'allégations en tous genres


Que ce soit pour les arguments santé (« hypoallergénique », « doux », « testé dermatologiquement »…), les arguments nature (« naturel », « bio », « aux extraits végétaux », « antipollution »…) ou les arguments éthiques (« produit non testé sur les animaux »), on ne peut pas croire ce que disent les fabricants puisque leurs arguments ne sont pas contrôlés. Pour choisir une marque de cosmétiques non testés, il vaut mieux se fier à la liste blanche de l’association One Voice (http://www.experimentation-animale.org/ressources/produits_non_testes.html). Et pour reconnaître un cosmétique naturel, il faut lire la liste des ingrédients (la liste INCI et non pas la liste en français qui donne seulement la traduction de quelques ingrédients) : un produit qui contient du diméthicone, du PEG, du paraffinum liquidum ou du paraben n’est pas naturel.

C’est dans la description des effets des cosmétiques que l’on est le plus proche de la publicité mensongère. Les fabricants font donc attention aux mots qu’ils emploient.
Si on regarde par exemple les produits antirides, l’effet annoncé est d’atténuer, de réduire, de décrisper ou de lisser les rides. Aucune crème n’a l’imprudence de dire qu’elle supprime les rides. J’en déduis donc que l’efficacité antirides est très limitée.

Pour éviter la contradiction, les promesses des fabricants sont volontairement floues, avec des termes comme régénère, répare, rééquilibre, purifie, sublime… Il est impossible de vérifier si un mascara est ou n’est pas « sublimateur ». L’effet, forcément subjectif, n’est pas mesurable.

On en arrive parfois à des affirmations qui ne veulent rien dire : des ingrédients fantaisistes comme l’ADN végétal (qui ne peut en aucun cas interagir avec les cellules de la peau), des effets surréalistes comme ce gel nettoyant oxygénant qui laisse la peau « aérée » ou des arguments pseudo-scientifiques : une crème minceur explique que la caféine favorise le déstockage et la destruction des graisses, mais en oubliant de préciser qu’elle doit d’abord traverser les couches externes de la peau pour atteindre les cellules graisseuses (et la traversée n’est pas facile!). Ensuite, la caféine libère les acide gras contenus dans les cellules graisseuses, ces acide gras rejoignent le sang mais pour vraiment les brûler, il faut les utiliser… en faisant de l’exercice! Sinon, ils seront de nouveau stockés par l’organisme.

Quand les fabricants écrivent des énormités, peut-être qu’ils comptent sur notre sens critique pour séparer le vrai du faux? En effet, pour qu’il y ait publicité mensongère, il faut que la publicité induise en erreur un « consommateur moyen, normalement intelligent et attentif ». En d’autres termes, on considère que le client est conscient que les promesses publicitaires ne sont que des belles paroles. Donc un mensonge que l’on peut détecter n’est pas condamnable!

Finalement, les indications ajoutées par le fabricant sont une vitrine publicitaire qui n’apporte pas d’informations sur le produit acheté.

Il est important de savoir décrypter les emballages, aussi bien pour les cosmétiques que pour les produits alimentaires ou nettoyants. Le but est de savoir ce que valent vraiment les produits et de les juger sur leur efficacité. En s’informant sur les ingrédients et les arguments de vente des fabricants, on évite d’être manipulé par le marketing des marques et on peut consommer intelligent.

Textes de loi :

Définition d’un cosmétique : Art. L. 658-1 du Code de la Santé Publique (On entend par produit cosmétique toute substance ou préparation destinée à être mise en contact avec les diverses parties superficielles du corps humain, notamment l’épiderme, les systèmes pileux et capillaire, les ongles, les lèvres et les organes génitaux externes, ou avec les dents et les muqueuses buccales, en vue, exclusivement ou principalement, de les nettoyer, de les parfumer, d’en modifier l’aspect, de les protéger, de les maintenir en bon état ou de corriger les odeurs corporelles)

Etiquetage : Décret no 2000-569 du 23 juin 2000 relatif aux produits cosmétiques et modifiant le code de la santé publique
Directive n° 2003/80/CE du 5 septembre 2003

Publicité mensongère : articles L. 121-1 et suivants du Code de la Consommation

Cosmétiques non testés sur les animaux



Mise à jour de 2015 : Les produits cosmétiques testés sur les animaux ont été interdits en Europe en 2013 (pour les produits finis comme pour les ingrédients). Les associations de défense des animaux continuent leur combat contre l’expérimentation animale pour les cosmétiques notamment en Chine.

La majorité des cosmétiques que l’on achète sont testés sur les animaux.

 

 

Les tests

Les tests ne consistent pas à maquiller un lapin. Ils s’apparentent plus à de la torture. Par exemple, on applique des produits chimiques dans les yeux ou dans des plaies ouvertes de l’animal.
Les tests ne sont pas fiables, puisqu’un animal n’a pas les mêmes réactions qu’un être humain.
Les tests ne sont pas indispensables : les fabricants ont le choix entre 8000 ingrédients déjà connus pour formuler leurs cosmétiques. Il existe des méthodes substitutives comme des tests sur des cultures de cellules pour les nouveaux ingrédients.

 

 

 

Un nouveau mascara vaut-il de torturer des animaux?

 

 

Ce que signifie « produit FINI non testé sur les animaux »

Rares sont les marques qui admettent pratiquer l’expérimentation animale. Certaines n’hésitent pas à inscrire « produit FINI non testé sur les animaux » sur leurs produits. C’est vrai, la plupart des marques ne font plus de tests sur leurs produits FINIS.
Mais il faut savoir que les MATIERES PREMIERES nouvelles sont en général testées sur les animaux par les sous-traitants des marques de cosmétiques. Donc les INGREDIENTS des produits cosmétiques sont testés, mais pas par les marques directement, ce qui leur permet de dire qu’ils ne font pas de tests (ils ne se salissent pas les mains mais font faire le sale boulot par leurs fournisseurs).
On ne peut pas se fier à ce qui est écrit sur les produits.

 

Ce qu’on peut faire

Pour pousser les industriels à mettre en œuvre les méthodes substitutives, on peut déjà leur écrire. Mais l’arme du consommateur, c’est son porte-monnaie. Il est tout à fait possible de boycotter les marques qui testent sur les animaux.

 

Les cosmétiques non testés sur les animaux

Il existe des marques qui ne font pas du tout d’expérimentation animale, ni sur les ingrédients ni sur les produits finis. Ces marques sont listées par l’association One Voice au lien suivant :
http://label.one-voice.fr/liste_produits/


L’association belge Gaia publie également une liste complémentaire :
http://www.gaia.be/fr/library/cosmetica

Parmi les cosmétiques non testées sur les animaux, il y a des produits composés d’ingrédients naturels. En effet, il est inutile de tester les huiles végétales, les cires et les plantes qui sont connues et employées depuis des siècles. Aux listes précédentes, on peut ajouter les marques du BDIH (association allemande de marques de cosmétiques naturels) et les marques certifiées Nature et Progrès.

 

Combien ça coûte?

Les cosmétiques non testés sur les animaux sont en général un peu plus chers que les cosmétiques de supermarché, équivalents aux cosmétiques de parapharmacie et bien moins chers que les cosmétiques de parfumerie.

Pour les petits budgets, il y a les marques vendues en grande surface et les produits naturels, plus simples mais aussi efficaces, comme les huiles végétales ou les savons naturels.

 

En pratique

Ci-dessous un petit récapitulatif des marques que je connais, classées selon leur point de vente.
Important : Cette liste est incomplète et donne à titre indicatif quelques marques que l’on trouve facilement.

en supermarché : Léa Nature et le petit olivier

dans certaines pharmacies et parapharmacies : Weleda, Melvita, Argiletz, Florame, Cattier, Natessance

en magasin biologique : Weleda, Melvita, Argiletz, Centifolia, Couleur caramel, Douce Nature, Florame, Cattier, Les douces angevines, Natessance, Logona, Lavera, Dr Hauschka, Sante

dans les magasins au nom de la marque : L’Occitane

 

PS : N’hésitez pas à me contacter si vous souhaitez réutiliser cet article