Un entourage de métro Guimard à Paris

A Paris je suis toujours contente quand je passe par une entrée de métro conçue par Hector Guimard. J’admire sa dentelle d’acier et les courbures organiques des réverbères qui se penchent vers le passant. J’apprécie qu’une oeuvre d’art soit dans la rue à portée de tout le monde. Et je prends ma dose d’Art Nouveau avant de continuer mon chemin.

dessin d'un entourage de métro Guimard à Paris

D’autres articles sur le mobilier urbain sur ce blog :

English version

Toilettes publiques à Paris

Les toilettes publiques à entretien automatique n’existent que depuis années 80 mais elles font maintenant partie du paysage urbain parisien. Ces sanisettes sont un des derniers lieux où on peut encore aller aux toilettes gratuitement à Paris.
Pour entrer dans une de ces grosses boîtes, il ne faut pas être claustrophobe. Il faut aussi être patient : entre les WC hors service et ceux qui sont squattés par les clochards, les WC restants nécessitent souvent de faire la queue derrière touristes et parisiens. Quand la personne devant vous sort des toilettes, il faut encore attendre le temps du nettoyage automatique entre deux personnes. Enfin votre tour arrive. Après cette expérience mémorable vous pourrez raconter que vous avez fait pipi dans une boîte de conserve géante ;-)

dessin de toilettes publiques à Paris

Lien utile : Où trouver des sanisettes à Paris

D’autres articles sur le mobilier urbain sur ce blog :

English version

Colonnes de Buren

dessin des colonnes de Buren

J’ai réalisé ce dessin des colonnes de Buren à Paris pour illustrer le thème de la verticalité sur le forum « crayons de couleur ».

A l’époque, l’érection de ces colonnes rayées et tronquées par l’artiste contemporain Daniel Buren, au milieu du Palais Royal qui date du 17e siècle, avait soulevé de nombreuses protestations. Vingt-sept ans après, l’intérêt esthétique des colonnes reste discutable mais les gens se sont habitués à leur présence.

English version

Table de réception à l’Elysée

Il y a quelques années, j’ai eu la chance d’admirer une table de gala dans la salle des fêtes du palais de l’Elysée à Paris. Non pas que j’aie été invitée à une fête dans la résidence du président de la république, j’ai visité l’Elysée à l’occasion des journées du patrimoine.

Alors quand le forum « crayons de couleur » a proposé de faire un dessin sur le thème d’une belle table, j’ai ressorti les photos que j’avais prises de la table de banquet de l’Elysée.

dessin d'une table de réception à l'Elysée

Les assiettes sont blanches avec des bords bleu foncé et constellées d’or. Au centre de la table, il y a des chandeliers et des jardinières remplies de fleurs. Ce sont de véritables sculptures en métal argenté qui ornent la table.

La jardinière que j’ai dessinée date du 19e siècle et fait partie d’un ensemble appelé « Louis XIV, la Musique et la Danse ». J’aime bien toutes ces décorations imposantes même si elles ne laissent pas beaucoup de place pour poser les plats.

English version

Paris quinzième


Mon quartier n’est pas le plus visité de la capitale mais on y croise quand même des touristes qui regardent ce que ne voient plus les autochtones blasés. Ils prennent en photo les gâteaux dans les vitrines des pâtisseries ou poussent un « oh » admiratif quand le métro aérien sort de terre et dévoile une vue imprenable sur les bords de Seine et la tour Eiffel.

De temps en temps, je prends mon appareil photo, j’essaie de me mettre dans la peau d’une touriste et je pars chercher des endroits photogéniques dans mon quartier.

J’ai ramené de mes balades une mosaïque de photos du 15e arrondissement. Vous pouvez cliquer sur la photo pour accéder à mon album de touriste parisienne.


photos de Paris 15

 

photos de gauche à droite et de haut en bas :
1. BirHakeim, 2. blason Paris, 3. kiosque, 4. cheminée, 5. immeuble Art Nouveau, 6. île aux Cygnes, 7. la Ruche, 8. tour Eiffel, 9. pont Mirabeau, 10. liberté2, 11. inscription sur le pont Mirabeau, 12. péniche, 13. liberté3, 14. BirHakeim2, 15. tente, 16. péniches


English version

Entrées de métro à Paris

Les entrées du métro parisien font partie du mobilier urbain caractéristique de la capitale (comme les fontaines Wallace).


En 1899, la Compagnie du Métropolitain de Paris demande à Hector Guimard de concevoir différents types d’entrées pour le métro : des mini-gares, des édicules (des entrées couvertes) et des entourages simples (des entrées non couvertes). Hector Guimard est un architecte appartenant au mouvement Art Nouveau. Ses ouvrages en fonte servent à signaler les entrées du tout nouveau métro parisien. A l’époque, leurs formes innovantes ne font pas l’unanimité et ils sont très critiqués.

Entourage Guimard (métro Palais Royal – Musée du Louvre)
Entourage Guimard (métro Palais Royal – Musée du Louvre)

Edicule Guimard (métro Abbesse)
Edicule Guimard (métro Abbesse)

Par la suite, les entrées de métro ne sont plus aussi avant-gardistes. Les entourages sont en pierre ou en fer forgé. Les entrées sont signalées par des candélabres (des mâts portant une lampe).

candélabre de type Val d'Osne
candélabre de type Val d’Osne

candélabre de type Dervaux
candélabre de type Dervaux

 

Plus tard, on utilisera un mât portant simplement l’indication « Métro » ou une lettre M jaune (ces derniers ne méritent pas une photo selon moi) pour signaler les escaliers du métro (escaliers qui empêchent toujours les poussettes et les handicapés d’accéder au métro). Il faut attendre l’an 2000 pour qu’une entrée montre un peu d’audace. Le kiosque des noctambules est réalisé par l’artiste Jean-Michel Othoniel pour la station Palais Royal.

 

kiosque des Noctambules (métro Palais Royal – Musée du Louvre)
kiosque des Noctambules (métro Palais Royal – Musée du Louvre)

 

J’aime bien ce kiosque surmonté de bulles de verre soufflé pour son côté kitsch et féerique. Je lui reproche juste de ne pas répondre à sa fonction première : quand on le voit, on ne sait pas qu’il s’agit d’une bouche de métro.

pour en savoir plus :

Les différents accès du métro parisien

Les édicules Guimard

Quelques œuvres de Jean-Michel Othoniel

D’autres articles sur le mobilier urbain sur ce blog :


English version

Paris en couleurs

Si vous passez par Paris, vous pouvez visiter gratuitement l’exposition photos « Paris en couleurs » jusqu’au 31 mars 2008 à l’Hôtel de ville. Les photos vont de 1907 à nos jours, avec des photographes témoins de l’évolution de la ville et des photographes célèbres comme Doisneau ou Robert Capa. 

Il y a quelques jolies photos de mode où on ne sait pas si ce sont les monuments parisiens qui mettent en valeur les robes haute couture ou le contraire.

 

La jolie fille et le ramoneur, vers 1955

La jolie fille et le ramoneur, vers 1955. photo : Lucien Lorelle © Collection Philippe Gallois

 


J’ai été étonnée de la projection de photos prises pendant l’Occupation. On n’a pas l’habitude de voir des photos de gens détendus et même joyeux pendant cette période. Mais c’était le point de vue d’un photographe travaillant pour la propagande et celui d’un soldat allemand basé à Paris.


Ce que j’ai préféré dans cette exposition, ce sont les photos de Paris prêtées par le musée Albert Kahn. Ce musée expose à Boulogne-Billancourt des photos tirées des Archives de la planète, la riche collection du banquier Albert Kahn. Entre 1909 et 1931, ce mécène a commandité des photos prises dans le monde entier. Il voulait immortaliser son époque sur la pellicule car il voyait bien que tout était en train de changer. Ces anciennes photos que l’on appelle des autochromes révèlent avec réalisme la vie quotidienne des parisiens. La couleur rend les personnages plus proches de nous. Et en même temps on a du mal à reconnaître des quartiers qui se sont complètement transformés. C’est vraiment un autre monde.

Rue de la Paix et colonne Vendôme le 13 juillet 1919

Rue de la Paix et colonne Vendôme le 13 juillet 1919. photo Auguste Léon (c) musée Albert-Kahn

 

 

Pour en savoir plus :
le site de l’exposition
le musée Albert Kahn et les jardins du musée

Fontaines Wallace

Une grande ville se caractérise par son architecture mais aussi par son mobilier urbain. Les fontaines Wallace par exemple sont si bien associées à la ville de Paris qu’on ne les remarque plus quand on parcourt ses trottoirs.

 

Les premières fontaines ont été offertes aux parisiens par un riche anglais, Richard Wallace, après la guerre de 1870. A l’époque, la capitale avait des problèmes d’approvisionnement en eau potable.

 

Cet amateur d’art qui a son musée à Londres voulait que ses fontaines soient belles à regarder. Il a fait réaliser de véritables sculptures en fonte. L’eau coule entre quatre cariatides qui portent le toit en forme de dôme de la fontaine.

 

fontaine Wallace

 

Il y a encore aujourd’hui une centaine de fontaines qui distribuent de l’eau potable aux passants. Elles sont fermées l’hiver, mais l’été quand il fait chaud, c’est agréable de s’y rafraîchir et de trinquer en l’honneur de Sir Wallace.

fontaine Wallace (détail)

 

Plus d’infos et la liste des fontaines Wallace sur le site de la ville de Paris

D’autres articles sur le mobilier urbain sur ce blog :


PS : La réponse à la question posée dans l’article précédent est : les photos. Je peux enfin publier mes propres photos sur ce blog!


English version

Le patio de l’hôtel de ville de Perpignan

L’hôtel de ville de Perpignan abrite en son sein un patio datant du XVIe siècle. Cette cour intérieure est fermée sur deux côtés par des murs, sur un côté par une galerie et sur le dernier côté par une galerie surmontée d’une autre galerie au premier étage. C’est un lieu paisible, protégé des rayons parfois brûlants du soleil du sud.


patio de l'hôtel de ville de Perpignan


patio de l'hôtel de ville de Perpignan

photos reproduites avec l’aimable autorisation du webmaster du site Histoire du Roussillon


Au centre de la cour, on peut admirer sur un petit bassin une statue toute en rondeurs de la Méditerranée sculptée par Aristide Maillol au début du XXe siècle. Un exemplaire en marbre de la Méditerranée se trouve au musée d’Orsay, un autre exemplaire en bronze se trouve au jardin des Tuileries.

statue de la Méditerranée

la Méditerranée (c) weimarerland.de