Square mélancolique

J’ai dessiné une vue d’un square de Nice que je trouve belle et triste avec au premier plan un vieil arbre noueux aux branches enchevêtrées et derrière lui la statue d’une femme recroquevillée sur elle-même.

Le côté mélancolique de la scène m’a fait penser aux spleens du poète Charles Baudelaire. En reparcourant Les Fleurs du mal, j’ai trouvé quelques lignes du poème Le Masque qui décrivent ce que mon dessin essaie d’exprimer :

dessin d'un square mélancolique à Nice

Pauvre grande beauté! Le magnifique fleuve
De tes pleurs aboutit dans mon cœur soucieux;
Ton mensonge m’enivre, et mon âme s’abreuve
Aux flots que la douleur fait jaillir de tes yeux!

– Mais pourquoi pleure-t-elle? Elle, beauté parfaite
Qui mettrait à ses pieds le genre humain vaincu,
Quel mal mystérieux ronge son flanc d’athlète?

– Elle pleure, insensé, parce qu’elle a vécu!
Et parce qu’elle vit! Mais ce qu’elle déplore
Surtout, ce qui la fait frémir jusqu’aux genoux,
C’est que demain, hélas! Il faudra vivre encore!
Demain, après-demain et toujours! – comme nous!

Charles Baudelaire, extrait du poème Le Masque

English version

4 réflexions au sujet de « Square mélancolique »

  1. Merci Hélène :) Après enquête, le nom du square est le jardin Alsace Lorraine, à l’angle du boulevard Gambetta et du boulevard Victor Hugo et la statue est du sculpteur Volti.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>