Arrivée à Malte


Malte, où nous avons déménagé cet hiver, est une toute petite île au sud de la Sicile. On y parle anglais et maltais et elle fait partie de l’Union européenne depuis 2004. Je reprends mon journal d’expat à notre arrivée à Malte.


La première chose qui nous frappe en descendant de l’avion à l’aéroport de Malte, c’est le beau temps. On passe directement de l’hiver à un beau soleil et une température douce. Mais on n’a pas le temps de s’attarder sur la météo. On récupère nos valises, un plan de l’île au stand de l’office de tourisme puis on monte dans un bus qui a visiblement beaucoup vécu. On commence par s’embrouiller avec le chauffeur parce qu’on ne comprend rien aux tarifs. Le chauffeur de bus grommelle quelque chose en maltais et on se dit que ça commence bien. On doit prendre un second bus pour aller à l’hôtel mais là c’est pire, le chauffeur du deuxième bus veut nous faire payer un supplément pour les valises. On trouve ça bizarre et on va au kiosque d’information de la compagnie de bus où on nous explique que c’est normal et que si on prenait le taxi, ça nous reviendrait plus cher. Ce qu’on trouve incompréhensible par contre, c’est qu’apparemment le prix du supplément est décidé arbitrairement par chaque chauffeur de bus. On se résigne finalement à payer notre supplément valise. On comprend surtout que Malte va être un nouveau dépaysement comparé à la France et au Canada.

Vieux bus maltais

Vieux bus maltais


Le bus longe la mer pendant qu’on reprend nos esprits. Les maisons ne ressemblent à rien de ce que je connais. On arrive à l’hôtel à Sliema et on pose nos valise. On achète de quoi grignoter à la supérette du coin et enfin on va faire un tour sur la promenade en bord de mer.


Notre deuxième jour à Malte est occupé à régler des soucis de banques. On n’a pas pris suffisamment d’argent liquide car on pensait pouvoir utiliser notre carte bancaire pour retirer de l’argent mais ça ne marche pas. La situation finit par se débloquer et on peut retirer de l’argent.


Ce jour là, on trouve un supermarché un peu plus grand pour acheter à manger. Ca reste un petit supermarché par rapport à ceux dont on a l’habitude mais pour Malte où tout est petit, c’est un grand supermarché. Les rayons laissent peu de place pour circuler et le supermarché tient sur trois étages. On s’exclame soudain « Mais c’est un Carrefour! ». En effet, même si le supermarché s’appelle officiellement GS, il est aménagé comme un mini Carrefour et vend les produits de la marque Carrefour. Certains produits nous sont familiers mais il y a aussi des différences : on trouve beaucoup de produits italiens et anglais, peu de produits bio par contre et pas de fromage blanc, il y a un rayon avec plein de charcuteries vendues à la découpe, certaines étiquettes en italien ne sont pas traduites…


On commence ensuite à chercher un logement.


A suivre ici : Notre recherche d’un logement à Malte


English version

3 réflexions au sujet de « Arrivée à Malte »

  1. Bonjour,

    J’y suis allée en vacances, et nous avons tout de suite vu aussi le problème des bus…

    Souvent mon père regardait la monnaie rendue dans sa main, regardait le chauffeur, et montrait du doigt (l’air de dire il manque de la monnaie) alors souvent il rajoutait une pièce, puis mon père le faisait souvent une deuxième fois après avoir compté…
    Il ne faut pas hésiter à réclamer la monnaie… Par contre le coup des bagages, ça nous n’avons pas eu…

    Bonne découverte du pays!!

  2. Il y aurait beaucoup à écrire sur les bus maltais… Ils ont changé le système de bus cet été mais ce n’est pas mieux parce que maintenant il y a un tarif spécial plus cher pour les touristes :-(

  3. Ping : Notre recherche d’un logement à Malte

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>