Manger bio à Montréal : l’étiquetage

En atterrissant à Montréal, j’étais étonnée de ne pas voir de magasins bio. Quand je repérais le mot « nature » sur une vitrine, il s’agissait en général de magasins qui vendent des compléments alimentaires. Je ne crois pas qu’il y ait en France l’équivalent de ces boutiques remplies de pots de pilules qui ont toutes des usages différents.

 

A mon arrivée, j’ai donc commencé par acheter quelques aliments bio trouvés en supermarché.

J’ai quand même repéré quelques magasins de produits naturels au cours de mes déplacements dans la ville. On parle de magasins de produits naturels car ils vendent à la fois des produits biologiques et des produits non biologiques, à la différence des magasins bio français qui ne vendent que du bio. Ainsi, au Québec, dans le même rayon cohabitent des confitures bio (à base de fruits qui n’ont pas été traités aux pesticides chimiques) et des confitures à base de fruits issus de l’agriculture conventionnelle (traités aux pesticides chimiques). Cela demande donc d’être attentif quand on fait ses courses si on ne veut pas payer le prix fort pour des produits qui n’ont pas la valeur ajoutée que représente un label bio.

D’autre part, il n’y a pas de label officiel bien identifiable comme il existe en France, en Europe ou aux Etats Unis.  

Quelques exemples de labels bio officiels :

Label bio français


Label bio français


Label bio européen

Label bio européen


Label bio américain


Label bio américain

 

Pour repérer qu’un produit est bio, il faut qu’il y ait écrit « biologique » ainsi que le nom de l’organisme certificateur (par exemple Ecocert Canada). Sur le site du Conseil des appellations réservées et des termes valorisants (CARTV), on peut trouver les normes biologiques de référence du Québec, le logo Bio Québec (que je n’ai presque jamais vu en magasin) ainsi que la liste des organismes de certification accrédités par le Québec.
Les organismes de certification contrôlent les producteurs bio pour vérifier qu’ils respectent bien les normes de l’agriculture biologique. Théoriquement le Québec devrait également faire des contrôles mais il n’y a pas d’inspecteur faute de budget (à ce sujet cf cet article publié en octobre 2008 dans le quotidien le Soleil). 

Label bio québécois
Label bio québécois

 

Ne nous plaignons pas, dans les autres provinces canadiennes c’est pire : on demande aux acteurs du bio de s’autoréglementer et il n’y a aucune intervention de l’état. Seuls le Québec et la Colombie Britannique ont un programme de certification biologique. Il y a quand même un projet de Règlement sur les produits biologiques pour avoir enfin un label « Biologique Canada » réglementé et valable dans tout le Canada. J’espère que ça va vite aboutir.


1,5 % des exploitations agricoles canadiennes produisent du bio. Ca ne suffit pas pour satisfaire la demande donc beaucoup d’aliments bio sont importés de l’étranger. Dans les rayons des épiceries santé, on trouve des produits canadiens mais aussi des produits d’Europe ou des Etats Unis qui portent différents logos : des logos officiels des pays exportateurs mais aussi des logos privés apposés par les organismes de certification. Bref, avec tous ces logos il y a de quoi en perdre son latin. 

Quelques exemples de labels bio privés (chaque organisme de certification a son propre logo) :

Logo de Québec Vrai      Logo de Québec Vrai   


Logos de Québec Vrai


Logo de Quality Assurance International

Logo de Quality Assurance International


Logos de Ecocert Canada


L
ogos de Ecocert Canada

 


La deuxième partie de cet article est publiée sous le titre Manger bio à Montréal : où s’approvisionner

3 réflexions au sujet de « Manger bio à Montréal : l’étiquetage »

  1. Ping : Magasins bio à Vancouver

  2. Bonjour! Suite à la lecture de ton article, moi quand je suis arrivé au Québec, j’ai cherché un moment sur la rive-sud des légumes bios. Une amie a fini par m’expliquer qu’il existe des paniers biologiques, de ferme bio qui livre à Montréal et aux environs. Je te recommande d’essayer une fois au moins, plutot que de courir les supermarchés à la recherche de fruits et légumes faussement identifier 😉 Essais http://www.jardinsdelamontagne.com

    Bonne journée!
    Étienne

  3. Je ne suis plus sur Montréal mais peut-être que ta suggestion intéressera mes lecteurs qui sont sur place 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *