Des jouets éthiques ou écolo pour bébé de la naissance à un an

Quand on cherche des idées de jouets écoresponsables à offrir un bébé, l’objectif est aussi d’investir dans un cadeau qui dure dans le temps. J’ai donc répertorié les jouets qui ont été testés et validés par mes filles pour partager mon retour d’expérience. Ce sont des jouets écolo et/ou éthiques que j’ai achetés ou qui ont été offerts par des proches (je vous rassure, mes enfants jouent aussi avec des jouets en plastique made in China). Si vous cherchez une idée de cadeau de naissance ou de cadeau de Noël éthique et de qualité pour un bébé de quelques mois, j’espère que ça pourra vous inspirer.

Un hochet en bois Girondo de la marque Selecta

C’est un des premiers jouets que mes filles ont pu manipuler. En effet, ce hochet est très bien pour un tout petit bébé dans les 3 mois parce qu’il peut attraper les petits anneaux avec ses petites mains, du coup il peut jouer avec, ce qui n’est pas possible avec d’autres hochets plus difficiles à prendre en main.
Le hochet est fabriqué par la marque Selecta qui est spécialisée dans les jouets en bois. Les jouets Selecta sont fabriqués en Allemagne.
Ce hochet est garanti sans substances toxiques et sans danger pour les enfants par l’organisme certificateur allemand TÜV Rheinlan.

Un hochet coccinelle de la marque Heimess

Une autre marque spécialisée dans les jouets en bois made in Germany est Heimess. Les jouets Heimess sont fabriqués à la main en Allemagne et utilisent des bois locaux et des peintures à l’eau non toxiques. Nous avons plusieurs hochets de cette marque mais j’aime bien ce modèle flexible qui est facile à attraper pour un petit bébé et est muni d’un grelot.

Un portique Heimess

L’entreprise Heimess fabrique aussi de magnifiques portiques en bois. Ce modèle évolutif est facile à monter et réglable à plusieurs hauteurs. On peut l’offrir dès la naissance, bébé commence par observer les breloques colorées. Vers 3 mois, l’enfant commence à vouloir les attraper. En plus des breloques suspendues, bébé peut aussi jouer à aligner les anneaux sur les côtés du portique. C’est un jouet avec lequel l’enfant continue à jouer en grandissant, jusqu’au jour où il trouvera amusant de le jeter à l’autre bout de la pièce (je ne recommande pas de le faire mais sachez que le portique a survécu au vol plané).

Sophie la girafe

Sophie la girafe a eu un succès immédiat avec mes filles. Elle est fabriquée en France (ce qui n’est pas le cas de tous les produits de la marque Vulli) à partir de caoutchouc naturel. Elle fait appel aux 5 sens et bébé aime la regarder, la mâchouiller et la tordre dans tous les sens pour faire du bruit.
Par contre, à la différence des autres jouets présentés dans cet article, ce n’est pas un jouet durable que l’on peut passer d’un enfant à un autre. La girafe de mon ainée est devenue un peu grise avec le temps. Nous avons donc été contents lorsque ma seconde fille a reçu une autre girafe comme cadeau de naissance.

Un livre en tissu Heimess

Les livres en tissu permettent à bébé de bouquiner en imitant les adultes qui l’entourent. Ce livre fabriqué en Allemagne peut se clipser à l’aide d’une chaîne de perles en bois pour l’emmener en ballade. C’est un mini-imagier. Il y a une page avec un canard dessiné qui fait du bruit quand on appuie dessus.

Un sous-marin Green Toys

Fabriqué aux États-Unis avec du plastique recyclé, le sous-marin de la marque Green Toys est un jouet pour le bain durable. Après des années d’utilisation il ne présente aucune trace de moisi ni d’usure. Bébé peut l’utiliser pour verser de l’eau, faire tourner l’hélice et s’amuser à l’immerger. Et moi je l’utilise pour rincer le shampoing de bébé.

Des ronds à empiler Green Toys

J’ai des ronds à empiler de la même marque qui sont aussi made in USA à base de plastique recyclé. Quand il est grand, bébé empile les ronds. Petit, il aime les entrechoquer et détruire les tours que vous aurez empilées. Les ronds peuvent aussi contenir de l’eau et servir de jouets de bain.

Des cubes sensoriels Plan Toys

Les cubes sensoriels sont des blocs qui stimulent les sens avec des couleurs vives, des textures différentes à toucher, des cubes qui font du bruit et d’autres avec des des effets d’optique. Ce sont les cubes sonores qui ont eu le plus de succès chez moi, bébé adore les secouer pour faire du bruit. Les cubes de la marque Plan Toys sont fabriqués de façon éthique en Thaïlande en récupérant le bois d’hévéas qui ont arrêté de produire du latex. Les peintures sont à base d’eau.

Un arc-en-ciel en bois Le Toy Van

L’arc-en-ciel en bois plait autant aux parents qu’aux enfants car c’est un jouet qui peut aussi servir d’objet décoratif dans un salon. Chez moi le rendu final n’a rien à voir avec celui d’un blog déco mais comme jouet il est idéal pour stimuler l’imagination des enfants. Bébé aime bien cogner entre eux les arcs et les faire tomber. L’arc-en-ciel de la marque Le Toy Van est fabriqué de façon éthique en Indonésie avec du bois provenant de forêts gérées durablement.

​Tous ces jouets ont survécu à un usage intensif par deux enfants et ça c’est un gage de qualité. Vous pouvez aussi consulter les catalogues des marques que j’ai citées, elles font de très belles choses.

Rendez-nous nos bibliothèques

Pour mes filles et moi, aller à la bibliothèque c’est toujours une fête. On choisit ensemble les livres qu’on va lire pendant quelques semaines avant d’aller au lit. On emprunte les classiques qui ont bercé mon enfance, les livres que mon aînée a lus à l’école et les nouveautés recommandées par les blogueuses famille.

Notre dernier butin de livres ramenés de la bibliothèque

Pourtant cet été, je n’ai pas pu emmener mes enfants à leur bibliothèque parisienne lors de notre séjour en France. Comment leur expliquer qu’à cause de problèmes d’adultes sur lesquels elles n’ont aucune prise, elles ne sont plus les bienvenues à la médiathèque? Comment peut-on priver des enfant de lecture au mépris de la convention internationale des droits de l’enfant?

Si rien ne saurait justifier d’interdire l’accès aux bibliothèques à une partie de nos concitoyens, l’application d’une mesure d’exclusion à des enfants est particulièrement inique.

Lire est un loisir mais est aussi indispensable pour l’apprentissage de la lecture et de l’écriture qui sont les bases de l’éducation.

La convention internationale des droits de l’enfant rappelle qu’un enfant doit être protégé contre toutes formes de discrimination ou de sanction motivées par les opinions déclarées ou les convictions de ses parents (Article 2).

Tout enfant a le droit d’accéder à l’information (Article 17), le droit à l’éducation (Article 28), le droit aux loisirs, de se livrer au jeu et à des activités récréatives propres à son âge, et de participer librement à la vie culturelle et artistique (Article 31). Les bibliothécaires permettent aux enfants d’accéder à ces droits fondamentaux.

Quand on parle d’enfant, il s’agit ici de « tout être humain de moins de 18 ans ». Les « ados » sont aussi des enfants que nous, adultes, avons la responsabilité de protéger.

J’écris sur les bibliothèques car c’est la discrimination qui m’a le plus touchée personnellement mais en ce moment en France des enfants sont privés de sorties scolaires, de loisirs, de sport, de cinéma et même d’accès à l’hôpital. Je suis atterrée car je pense sincèrement qu’une société qui traite ses jeunes comme de la merde n’a pas d’avenir.

Pour mes filles ça ira. Quand on ira en France, je leur achèterai des livres. Mais je pense avec tristesse à ces enfants dont les parents n’ont pas les moyens d’acheter des bouquins et qui sont tout simplement privés de ces bien essentiels que sont les livres. Aujourd’hui j’espère juste que l’on va cesser de se laisser guider par la peur et retrouver nos valeurs dont l’accès à la culture pour tous.

PS : Les bibliothécaires se sont largement mobilisés pour que les bibliothèques redeviennent accessibles à tous. Une pétition a été lancée si vous souhaitez les soutenir.

Rendez-nous nos bibliothèques

Alléger sa to-do list

Chaque année, je choisis une résolution ou un thème pour l’année à venir. Pour 2020, mon thème était « prioriser ». Mon objectif était de mieux définir mes priorités pour éviter de me sentir débordée devant ma liste de choses à faire. Rétrospectivement, ce thème collait parfaitement à une année où on a eu plus d’une fois à se demander ce qui était « essentiel » ou « non essentiel ».

Une liste de choses à faire est un bon outil pour alléger sa charge mentale mais si elle est trop remplie, ça peut être décourageant. Chaque jour, j’ai donc tenté d’écrire une liste de choses à faire sur la journée qui soit réduite à l’essentiel. L’avantage d’une to-do list réduite au minimum est que l’on a plus de chances d’accomplir toutes les tâches, ce qui est une bonne motivation. Et rien n’empêche d’en faire plus si on en a l’envie.

Ma to-do list est flexible. Si j’ai eu une nuit hachée, je n’hésite plus à reporter au lendemain certaines corvées plutôt que de finir la journée en mode zombie. J’essaie aussi d’éliminer ce qui n’est pas indispensable. Certaines choses qui ne sont pas vitales seront faites en retard, d’autres ne seront pas faites et tant pis. Qui veut aller loin ménage sa monture.

Pour 2021, je n’ai pas de plan d’attaque sophistiqué ni de liste de pistes d’action, mon thème de l’année se suffit à lui-même et tient en 3 mots : « on s’accroche! »

​Je vous souhaite une très bonne Année 2021 et prenez soin de vous.

Meilleurs Voeux


Du nouveau (né)

Cette année chamboulée nous aura aussi apporté une grande joie puisque notre famille s’est agrandie.

Dessin d'un nouveau né en gigoteuse

À la naissance de ma fille aînée, j’avais plein d’idées d’articles de blog sur le thème de la garde-robe de grossesse slow fashion, des achats de puériculture quand on rêve de minimalisme et de la vie avec bébé mais j’ai manqué de temps et d’énergie pour les écrire. Maintenant que ma deuxième fille est née, je vais peut-être trouver la motivation d’en finaliser quelques uns.

Gérer son stock de nourriture


Stocker de la nourriture chez soi peut être utile pour différentes raisons comme gagner du temps en faisant moins souvent les courses ou en cas de problème, par exemple si on se blesse et qu’on peut alors difficilement aller dans les magasins. J’ai commencé cet article en début d’épidémie de coronavirus où on a vu des rayons de pâtes et de papier toilette dévalisés dans les supermarchés par des clients qui craignaient de manquer. Mon premier réflexe panurgique a été de me précipiter dans le supermarché le plus proche pour stocker n’importe quoi mais j’ai vite renoncé devant la perspective de me faire piétiner par une foule en panique. Du coup j’ai juste revu ma façon de m’organiser : je vais moins souvent faire les courses mais j’achète en plus grande quantité quand j’y vais. Cette façon de faire me demande de faire plus attention à la gestion des stocks sinon bonjour le gaspillage. Voici quelques astuces que j’utilise pour bien gérer mon stock de nourriture :

* Faire un bilan des placards et du frigo avant de faire les courses

Avoir une idée de ce qu’on a déjà permet de mieux évaluer ce qui nous manque. Rien de pire en effet que de rester plantée devant le rayon yaourt en se demandant si on profite de la promotion exceptionnelle ‘le troisième pack de yaourts offert’ ou si on passe son chemin, tout ça parce qu’on a oublié si il reste encore des yaourts dans le frigo.

* Faire une liste de courses

Avec une liste de courses on fait des économies en achetant uniquement ce dont on a besoin. Personnellement ma liste de courses est dans mon sac à main pour être sûre de ne pas l’oublier quand je pars faire mes emplettes. Je la remplis au fur et à mesure par exemple quand ma fille me signale d’un air désespéré qu’il n’y a plus de crèmes dessert à la vanille.
Mon fonctionnement c’est d’avoir toujours un produit d’avance pour les choses que l’on consomme régulièrement. Par exemple j’ai toujours une bouteille d’huile entamée et une bouteille d’huile pleine dans mon placard. Quand je termine la bouteille entamée et que j’ouvre la dernière bouteille qu’il me reste, je note « huile » sur ma liste de courses. Je renouvelle ainsi mon stock au fur et à mesure.
J’essaie aussi de planifier mes menus sur plusieurs jours et j’ajoute alors à ma liste de courses les ingrédients dont j’ai besoin pour cuisiner.

* Vérifier les dates de péremption dans le magasin

Le but n’est pas d’acheter uniquement les produits dont la date de péremption est la plus éloignée mais juste que ce qu’on achète ne soit pas périmé au moment où on décide de le manger.

* Acheter en quantité seulement des produits qu’on est sûr de consommer et qu’on a déjà testé

Ca ne sert à rien de stocker des produits qu’on n’a pas l’habitude de consommer car on ne va pas changer de goûts du jour au lendemain.
De la même façon, il vaut mieux tester un produit avant d’en stocker. La dernière fois que je n’ai pas trouvé mes paquets de pâtes habituels au magasin, j’ai acheté un paquet d’une autre marque que j’ai trouvé exécrable. Heureusement cette fois là je n’en ai pas acheté plusieurs exemplaires.

dessin : stocker des produits de première nécessité
De l’importance de stocker des produits de première nécessité

* Choisir où ranger son stock de nourriture

Cela demande de réfléchir aux endroits où on peut entreposer de la nourriture surtout si on a une petite cuisine. On peut ranger des conserves dans des placards, des meubles dans la salle à manger ou dans la cave par exemple mais il faut une organisation suffisamment pratique pour trouver facilement ce qu’on cherche et ne pas oublier dans un coin ce qu’on a stocké.
L’espace disponible limite la quantité de nourriture que l’on peut entreposer. D’où l’intérêt de désencombrer son intérieur si vous ne voulez pas vous retrouver comme moi avec des packs d’eau dans le salon faute d’autre endroit où les mettre.

* Ranger les courses en fonction des dates de péremption

C’est ce que font les magasins et je fais la même chose quand je déballe mes courses. Lorsque j’ai plusieurs boîtes de conserves du même aliment, je mets à l’avant du placard celles qui périment en premier. De même dans mon frigo, si j’ai plusieurs paquets d’emmental par exemple, je les superpose en mettant celui qui périme en premier au dessus des autres. Comme ça on consomme d’abord les aliments dont la date de péremption est la plus proche.

* Vérifier régulièrement les dates de péremption

C’est ce qui permet d’éviter de jeter de la nourriture. Et plus le frigo est rempli, plus il faut le vérifier souvent. En ce moment je vérifie les dates de péremption des produits frais et l’apparence des fruits et légumes deux fois par semaine. Pour les biscuits et produits secs, c’est une fois par quinzaine et pour les conserves, une fois par trimestre me suffit.
Certains produits peuvent être consommés même périmés mais c’est à voir au cas par cas.

salade composée avec des graines de lin
Ma salade composée avec des graines de lin périmées depuis… un certain temps et qui seraient encore en train de moisir dans mon placard si je n’avais pas commencé mes vérifications régulières.

* Cuisiner les aliments qui vont bientôt périmer

J’ai dédié une étagère du réfrigérateur aux produits à manger en priorité. J’ai pris l’étagère à hauteur d’œil comme ça à chaque fois que j’ouvre le frigo, ça me sert de rappel.
De même, je mets en évidence sur le plan de travail de la cuisine les produits secs qui périment bientôt et les fruits et légumes abîmés.

​J’espère que ces quelques pistes antigaspillage pourront vous aider dans la gestion de vos stocks alimentaires.

Comment gérer son stock de nourriture sans gaspiller?

Meilleurs Voeux et bonne résolution : prioriser

Comme d’habitude en ce début janvier, je fais un petit bilan de la thématique que j’ai choisie pour l’année qui vient de s’écouler. L’année 2019 devait être placée sous le signe de la sérénité mais je ne suis pas sûre d’y être arrivée. En fait ça dépend des jours (et de mon nombre d’heures de sommeil). Certains jours j’ai la coolitude d’un vieux moine bouddhiste et d’autres je suis juste une grosse boule de stress. A ma décharge, l’année passée a été parsemée de rebondissements, pas forcément graves mais qui ont quand même mis à l’épreuve ma zen attitude. J’ai aussi perdu plus de temps que j’aurais voulu sur les réseaux sociaux et je me suis souvent sentie débordée. Sans compter la défection de ma prof de yoga qui est partie de Malte après que j’ai assisté à seulement 4 cours. J’avais pourtant fait l’effort surhumain de chercher un cours avec un horaire acceptable et réussi à me motiver à y aller (un de mes objectifs sérénité de l’année).

L’année à venir s’annonce chargée alors j’aurai besoin du maximum de sérénité que je peux avoir. Si on met de côté les facteurs extérieurs, j’ai identifié un facteur de stress chez moi qui est ce décalage entre ce que je voudrais faire et ce que j’arrive à faire dans une journée. Les journées étant limitées à 24h, il ne me reste plus qu’à apprendre à hiérarchiser mes priorité pour réduire à une taille acceptable ma liste de choses à faire. Mon thème de l’année sera donc « prioriser ».

J’ai pensé à quelques pistes à explorer pour m’aider chaque jour à fixer mes priorités :

* Je compte sur le désencombrement que j’ai entamé pour m’aider à y voir plus clair dans mes affaires mais aussi dans ce qui est important pour moi (tout ce que ne jetterai pas à la poubelle donc)

* Prendre le temps de se poser pour réfléchir et planifier parce qu’on a parfois tendance à être pris dans le feu de l’action en perdant de vue ses objectifs.

prioriser (dessin)

* Chercher des moyens de gagner du temps et de se faciliter la vie. Par exemple, trouver un robot aspirateur (ou encore mieux une aide-ménagère), acheter un cuit-vapeur électrique (pour cuisiner à ma place) mais aussi améliorer mon planning de menus en ne gardant que les recettes rapides à faire, diminuer le nombre d’objets qui prennent la poussière sur les tables et les plans de travail, réorganiser mes placards de cuisine…

* Assumer que prendre du temps pour soi puisse être une priorité (et qu’il n’y a rien d’égoïste là dedans)

* Me documenter sur le minimalisme, qui consiste à éliminer le superflu pour se concentrer sur l’essentiel

* Laisser tomber le perfectionnisme et reformuler de façons plus réalistes mes priorités. Par exemple, face à un frigo vide, la priorité peut être de « faire des courses complètes au supermarché et cuisiner pendant 2 heures une cocotte de légumes frais aux petits lardons » ou bien « passer acheter un plat cuisiné à la supérette du coin » selon les cas.

* Et bien sûr continuer à essayer de rester sereine même si je suis compètement sous l’eau concernant ce que j’ai à faire

Je vous souhaite une très bonne Année 2020 centrée sur l’essentiel!

carte de voeux illustrée d'un sapin en boules de verre de Mdina à Malte

Un défi désencombrement

C’est parti pour un défi Désencombrement ! J’ai besoin de faire de la place dans mes affaires alors je me suis lancée le défi de désencombrer tout ce que je pourrai.

Un défi désencombrement peut avoir plusieurs degrés de difficulté :
– si vous avez du mal à vous séparer des objets, vous pouvez vous fixer comme objectif de vous débarasser d’un objet par jour pendant 30 jours
– un peu plus ambitieux, le défi 100 objets en moins demande de se séparer de 100 objets en 1 mois
– enfin si vous êtes très encombré, vous pouvez tenter le minsgame. Cela consiste à se débarasser d’un objets le 1er jour, de 2 objets le 2e jours et ainsi de suite jusqu’au 30e jour où on se débarrasse de 30 objets sur une journée!

Personnellement je n’aime pas trop les cadres trop rigides alors le seul objectif que je me fixe est d’essayer de désencombrer un petit peu chaque jour façon Flylady. En plus de ranger, mon but est de me débarrasser d’un maximum d’objets que je n’utilise pas pour gagner de la place.

Je vais documenter sur mon compte instagram @apollinr l’avancée de mon tri en images. Sur mon compte twitter @ApolliR , je partagerai des articles sur le désencombrement et le minimalisme. Et bien sûr je prévois aussi de faire un petit article bilan sur mon blog.

Si vous êtes aussi en train désencombrer en ce moment, n’hésitez pas à m’écrire un petit commentaire. De mon côté, j’ai déjà commencé avec ces papiers bien cachés dans un bac de rangement

bac de rangement rempli de papier

Dessinterview : Tammy Fenech, coordinatrice de Fashion Revolution Malte

En 2018, Tammy était étudiante en master développement durable dans la mode quand elle a eu l’idée de lancer l’antenne maltaise du mouvement international Fashion Revolution, qui milite pour une mode qui respecte l’environnement et les êtres humains. Tammy a bien voulu répondre à mes questions sur son parcours, sa tenue préférée et la Fashion Revolution maltaise.

dessin de Tammy, coordinatrice de Fashion Revolution Malte

Qui es-tu?

Je suis Tamara Fenech mais tout le monde m’appelle Tammy. En 2013, j’ai passé mon diplôme de styliste qui m’a permis de me découvrir une passion pour la mode durable et la communication. J’ai ensuite effectué des stages chez des marques de mode éthique et acquis de l’expérience dans ce domaine dans plusieurs pays. Il y a deux ans et demi, j’ai déménagé à Berlin pour débuter un master développement durable dans la mode. J’ai eu mon diplôme en octobre dernier. L’année dernière, je suis devenue la coordinatrice de Fashion Revolution à Malte. Fashion Revolution est un mouvement mondial qui demande une mode plus juste et irréprochable. Cette organisation à but non lucratif est présente dans plus de 100 pays. Notre vision est celle d’une industrie de la mode qui accorde autant d’importance aux personnes et à l’environnement qu’au profit et à la créativité.

Qu’est-ce qui t’a donné l’idée de lancer Fashion Revolution Malte?

L’année dernière, j’allais être à Malte pendant la Fashion Revolution Week. Quelques opportunités se sont présentées et j’ai senti que c’était le bon moment de lancer la discussion chez moi. Alors je me suis dit que je pourrais initier cette discussion.

Peux-tu raconter l’histoire de ta tenue?

C’est une de mes tenues préférées, avec quelques unes de mes marques préférées. Mon jean vient d’une marque néerlandaise appelée MUD Jeans dont le business model consiste à permettre au consommateur de louer des jeans selon un système d’abonnement qui permet d’échanger son jean contre un modèle neuf au bout de la période d’abonnement J’adore leur concept. Ma robe, que je porte souvent comme un top, vient Reformation qui est ma marque préférée. J’aime leur style, les looks, leur message, tout. Je trouve que cette robe est très versatile et peut s’adapter pour différentes occasions, selon la façon dont on la porte.
Ce que j’aime dans cette tenue, depuis le jean jusqu’à la robe noire à bretelles en passant par les chaussures, des Doc Martens, c’est qu’elle est intemporelle. Ce sont des pièces qui ne suivent pas une tendance et qui seront toujours portables et s’adapteront à l’époque. Ce sont des vêtements qui resteront longtemps dans ma garde-robe.

Est-ce que tu connais de bonnes adresses (boutiques ou créateurs) pour faire du shopping éthique à Malte?

À Malte c’est un peu compliqué – mais Malte est en train de changer – je recommanderais d’abord de s’intéresser aux créateurs locaux – les soutenir est toujours un très bon point de départ. En ce qui concerne les marques grand public, il y en a quelques unes qui font des efforts pour une mode plus durable – donc soutenir ces marques plutôt que les marques qui ne font rien est une autre piste. Par exemple certaines marques proposent des collections responsables ou des matériaux plus écologiques – donc c’est bien de regarder les étiquettes pour avoir des informations sur les matières mais aussi pour savoir si le vêtement est éco-responsable.

Quels événements sont prévus à Malte pour la Fashion Revolution Week cette année? Nous sommes très heureux d’avoir des événement prévus pour toute la semaine pour notre deuxième édition. Cette année nous avons noué des partenariats avec des associations et des entreprises comme Zibel Malta (une association qui organise des nettoyages dans l’île), Friends of the Earth Malta (Les Amis de la Terre), Salt & C Malta (une boutique de créateurs), Malta Creative Collective, Levis et beaucoup d’autres. Au programme, il y a deux projections-débats, un swap de vêtements, 3 ateliers et un repair café en collaboration avec Levis où nous proposons de réparer gratuitement jusqu’à 5 vêtements. Nous sommes impatients de voir le résultat de cette semaine de mobilisation! t

Merci Tammy! Pour avoir le programme détaillé et en savoir plus sur Fashion Revolution Malte (liens en anglais):
* La page internet de Fashion Revolution Malta
* Fashion Revolution Malta sur facebook
* Fashion Revolution Malta sur instagram
* La page instagram de Tammy


English version

Slow Fashion : mes coups de coeur (1)

Avec cet article, je vous présente un nouveau format pour mes coups de cœur. Au lieu de tout partager en vrac, je vais regrouper mes favoris du moment dans des articles thématiques. Je commence aujourd’hui avec mes dernières lectures et tenues coups de cœur slow fashion et mode éthique :

* La robe rouge portée par Danielle MacDonald aux Oscars

Cette robe longue très hollywoodienne signée Christian Siriano a été réalisée avec du tulle recyclé. La couleur rouge vif a été obtenue avec de la teinture végétale. Danielle MacDonald a porté cette tenue éco-friendly pour soutenir l’initiative Red Carpet Green Dress.


Dessin inspiré la robe rouge portée par Danielle MacDonald aux Oscars signée Christian Siriano

* Comment Murielle du blog Woody beauty a réussi à dépenser moins et mieux sans frustration

* La robe multicolore upyclée du défilé prêt-à-porter automne-hiver 2019-2020 de Stella McCartney

Stella McCartney a utilisé la technique du trapilho qui consiste à déchirer en bandes des tissus pour les crocheter ou les tricoter. Cette robe a été réalisée en recyclant des T-shirts vintage.


robe multicolore upyclée repérée au défilé prêt-à-porter automne-hiver 2019-2020 de Stella McCartney


Photo : Armando Grillo

* Les Green Fashion interviews du blog Green Baby Circus

Ana du blog Green Baby Circus interroge les acteurs de la mode durable, créateurs ou influenceuses sur leur style, leur cheminement et leurs conseils pour s’habiller éco-responsable.

* La robe Dior noire et blanche portée par Emily Deschanel aux Oscars

Avec ses fines bretelles et sa longueur midi, c’est une robe que l’on peut porter pour toutes sortes d’occasions et dont j’aime le style intemporel.


Dessin inspiré la robe Dior noire et blanche portée par Emily Deschanel aux Oscars

* Où aller pour habiller son enfant de seconde main

* Ces petits trucs qui changent quand on décide d’arrêter la fast-fashion

Voilà pour mes dernières découvertes slow fashion. N’hésitez pas à me laisser vos retour sur ce nouveau format et à bientôt pour un nouvel article.

English version

Meilleurs Voeux et bonne résolution sérénité

En relisant mes vœux de l’année dernière, je réalise que pour une fois j’ai tenu à 100% ma bonne résolution de l’année qui était de me remettre à bloguer. La difficulté était de caser du temps pour le blog dans des journées bien remplies et pour cela j’ai essayé d’améliorer mon organisation. Cette année sur le blog j’aimerais justement parler d’organisation mais aussi de mode éthique, de loisirs créatifs, de Malte et des achats écolo pour bébé.

Même si il y a a eu beaucoup de bons moments, 2018 aura aussi pour moi été marquée par la tristesse et l’insomnie. Ma priorité cette année sera donc de mieux gérer mon stress et mes angoisses. Mon mot clé pour l’année qui vient sera « sérénité ».


sérénité (dessin)

Et voici mon plan de bataille pour retrouver une certaine tranquillité d’esprit :
* Marcher plus

* M’inscrire au yoga ou au pilates. On recommande plus le yoga pour déstresser mais j’avais fait un cours d’essai de yoga qui ne m’avait pas convaincue alors que le pilates, j’aime bien et c’est bon pour le dos aussi.

* Jouer plus avec ma fille qui adore courir et jouer au ballon. Rien de tel pour faire un peu plus d’activité physique.

* Dessiner plus parce que je me sens toujours mieux après avoir dessiné

* Créer en général : écrire, recouvrir des carnets, prendre des photos, me mettre enfin à la couture… Les loisirs créatifs sont un très bon moyen de se changer les idées. Reste à les caser dans mon emploi du temps

* Continuer à limiter les réseaux sociaux

* Accepter de ne pas arriver au bout de ma to do list. L’important c’est d’avancer à son rythme et tant pis si je dois remettre au lendemain ce qui je n’ai pas pu finir le jour même

* Prioriser pour réduire la taille de cette fameuse to do list

* Prendre du recul car avec un peu de recul on réalise que ces choses qui nous rendent malades ne sont souvent pas si graves. Et quand bien même la situation est grave, on ne résoud pas ses problèmes en angoissant dessus.

* Me souvenir plus souvent de toutes les chances que j’ai

Je vous souhaite une très bonne et sereine Année 2019!


carte de voeux coucher de soleil

English version