Un défi désencombrement

C’est parti pour un défi Désencombrement ! J’ai besoin de faire de la place dans mes affaires alors je me suis lancée le défi de désencombrer tout ce que je pourrai.

Un défi désencombrement peut avoir plusieurs degrés de difficulté :
– si vous avez du mal à vous séparer des objets, vous pouvez vous fixer comme objectif de vous débarasser d’un objet par jour pendant 30 jours
– un peu plus ambitieux, le défi 100 objets en moins demande de se séparer de 100 objets en 1 mois
– enfin si vous êtes très encombré, vous pouvez tenter le minsgame. Cela consiste à se débarasser d’un objets le 1er jour, de 2 objets le 2e jours et ainsi de suite jusqu’au 30e jour où on se débarrasse de 30 objets sur une journée!

Personnellement je n’aime pas trop les cadres trop rigides alors le seul objectif que je me fixe est d’essayer de désencombrer un petit peu chaque jour façon Flylady. En plus de ranger, mon but est de me débarrasser d’un maximum d’objets que je n’utilise pas pour gagner de la place.

Je vais documenter sur mon compte instagram @apollinr l’avancée de mon tri en images. Sur mon compte twitter @ApolliR , je partagerai des articles sur le désencombrement et le minimalisme. Et bien sûr je prévois aussi de faire un petit article bilan sur mon blog.

Si vous êtes aussi en train désencombrer en ce moment, n’hésitez pas à m’écrire un petit commentaire. De mon côté, j’ai déjà commencé avec ces papiers bien cachés dans un bac de rangement

bac de rangement rempli de papier

Dessinterview : Tammy Fenech, coordinatrice de Fashion Revolution Malte

En 2018, Tammy était étudiante en master développement durable dans la mode quand elle a eu l’idée de lancer l’antenne maltaise du mouvement international Fashion Revolution, qui milite pour une mode qui respecte l’environnement et les êtres humains. Tammy a bien voulu répondre à mes questions sur son parcours, sa tenue préférée et la Fashion Revolution maltaise.

dessin de Tammy, coordinatrice de Fashion Revolution Malte

Qui es-tu?

Je suis Tamara Fenech mais tout le monde m’appelle Tammy. En 2013, j’ai passé mon diplôme de styliste qui m’a permis de me découvrir une passion pour la mode durable et la communication. J’ai ensuite effectué des stages chez des marques de mode éthique et acquis de l’expérience dans ce domaine dans plusieurs pays. Il y a deux ans et demi, j’ai déménagé à Berlin pour débuter un master développement durable dans la mode. J’ai eu mon diplôme en octobre dernier. L’année dernière, je suis devenue la coordinatrice de Fashion Revolution à Malte. Fashion Revolution est un mouvement mondial qui demande une mode plus juste et irréprochable. Cette organisation à but non lucratif est présente dans plus de 100 pays. Notre vision est celle d’une industrie de la mode qui accorde autant d’importance aux personnes et à l’environnement qu’au profit et à la créativité.

Qu’est-ce qui t’a donné l’idée de lancer Fashion Revolution Malte?

L’année dernière, j’allais être à Malte pendant la Fashion Revolution Week. Quelques opportunités se sont présentées et j’ai senti que c’était le bon moment de lancer la discussion chez moi. Alors je me suis dit que je pourrais initier cette discussion.

Peux-tu raconter l’histoire de ta tenue?

C’est une de mes tenues préférées, avec quelques unes de mes marques préférées. Mon jean vient d’une marque néerlandaise appelée MUD Jeans dont le business model consiste à permettre au consommateur de louer des jeans selon un système d’abonnement qui permet d’échanger son jean contre un modèle neuf au bout de la période d’abonnement J’adore leur concept. Ma robe, que je porte souvent comme un top, vient Reformation qui est ma marque préférée. J’aime leur style, les looks, leur message, tout. Je trouve que cette robe est très versatile et peut s’adapter pour différentes occasions, selon la façon dont on la porte.
Ce que j’aime dans cette tenue, depuis le jean jusqu’à la robe noire à bretelles en passant par les chaussures, des Doc Martens, c’est qu’elle est intemporelle. Ce sont des pièces qui ne suivent pas une tendance et qui seront toujours portables et s’adapteront à l’époque. Ce sont des vêtements qui resteront longtemps dans ma garde-robe.

Est-ce que tu connais de bonnes adresses (boutiques ou créateurs) pour faire du shopping éthique à Malte?

À Malte c’est un peu compliqué – mais Malte est en train de changer – je recommanderais d’abord de s’intéresser aux créateurs locaux – les soutenir est toujours un très bon point de départ. En ce qui concerne les marques grand public, il y en a quelques unes qui font des efforts pour une mode plus durable – donc soutenir ces marques plutôt que les marques qui ne font rien est une autre piste. Par exemple certaines marques proposent des collections responsables ou des matériaux plus écologiques – donc c’est bien de regarder les étiquettes pour avoir des informations sur les matières mais aussi pour savoir si le vêtement est éco-responsable.

Quels événements sont prévus à Malte pour la Fashion Revolution Week cette année? Nous sommes très heureux d’avoir des événement prévus pour toute la semaine pour notre deuxième édition. Cette année nous avons noué des partenariats avec des associations et des entreprises comme Zibel Malta (une association qui organise des nettoyages dans l’île), Friends of the Earth Malta (Les Amis de la Terre), Salt & C Malta (une boutique de créateurs), Malta Creative Collective, Levis et beaucoup d’autres. Au programme, il y a deux projections-débats, un swap de vêtements, 3 ateliers et un repair café en collaboration avec Levis où nous proposons de réparer gratuitement jusqu’à 5 vêtements. Nous sommes impatients de voir le résultat de cette semaine de mobilisation! t

Merci Tammy! Pour avoir le programme détaillé et en savoir plus sur Fashion Revolution Malte (liens en anglais):
* La page internet de Fashion Revolution Malta
* Fashion Revolution Malta sur facebook
* Fashion Revolution Malta sur instagram
* La page instagram de Tammy


English version

Slow Fashion : mes coups de coeur (1)

Avec cet article, je vous présente un nouveau format pour mes coups de cœur. Au lieu de tout partager en vrac, je vais regrouper mes favoris du moment dans des articles thématiques. Je commence aujourd’hui avec mes dernières lectures et tenues coups de cœur slow fashion et mode éthique :

* La robe rouge portée par Danielle MacDonald aux Oscars

Cette robe longue très hollywoodienne signée Christian Siriano a été réalisée avec du tulle recyclé. La couleur rouge vif a été obtenue avec de la teinture végétale. Danielle MacDonald a porté cette tenue éco-friendly pour soutenir l’initiative Red Carpet Green Dress.


Dessin inspiré la robe rouge portée par Danielle MacDonald aux Oscars signée Christian Siriano

* Comment Murielle du blog Woody beauty a réussi à dépenser moins et mieux sans frustration

* La robe multicolore upyclée du défilé prêt-à-porter automne-hiver 2019-2020 de Stella McCartney

Stella McCartney a utilisé la technique du trapilho qui consiste à déchirer en bandes des tissus pour les crocheter ou les tricoter. Cette robe a été réalisée en recyclant des T-shirts vintage.


robe multicolore upyclée repérée au défilé prêt-à-porter automne-hiver 2019-2020 de Stella McCartney


Photo : Armando Grillo

* Les Green Fashion interviews du blog Green Baby Circus

Ana du blog Green Baby Circus interroge les acteurs de la mode durable, créateurs ou influenceuses sur leur style, leur cheminement et leurs conseils pour s’habiller éco-responsable.

* La robe Dior noire et blanche portée par Emily Deschanel aux Oscars

Avec ses fines bretelles et sa longueur midi, c’est une robe que l’on peut porter pour toutes sortes d’occasions et dont j’aime le style intemporel.


Dessin inspiré la robe Dior noire et blanche portée par Emily Deschanel aux Oscars

* Où aller pour habiller son enfant de seconde main

* Ces petits trucs qui changent quand on décide d’arrêter la fast-fashion

Voilà pour mes dernières découvertes slow fashion. N’hésitez pas à me laisser vos retour sur ce nouveau format et à bientôt pour un nouvel article.

English version

Meilleurs Voeux et bonne résolution sérénité

En relisant mes vœux de l’année dernière, je réalise que pour une fois j’ai tenu à 100% ma bonne résolution de l’année qui était de me remettre à bloguer. La difficulté était de caser du temps pour le blog dans des journées bien remplies et pour cela j’ai essayé d’améliorer mon organisation. Cette année sur le blog j’aimerais justement parler d’organisation mais aussi de mode éthique, de loisirs créatifs, de Malte et des achats écolo pour bébé.

Même si il y a a eu beaucoup de bons moments, 2018 aura aussi pour moi été marquée par la tristesse et l’insomnie. Ma priorité cette année sera donc de mieux gérer mon stress et mes angoisses. Mon mot clé pour l’année qui vient sera « sérénité ».


sérénité (dessin)

Et voici mon plan de bataille pour retrouver une certaine tranquillité d’esprit :
* Marcher plus

* M’inscrire au yoga ou au pilates. On recommande plus le yoga pour déstresser mais j’avais fait un cours d’essai de yoga qui ne m’avait pas convaincue alors que le pilates, j’aime bien et c’est bon pour le dos aussi.

* Jouer plus avec ma fille qui adore courir et jouer au ballon. Rien de tel pour faire un peu plus d’activité physique.

* Dessiner plus parce que je me sens toujours mieux après avoir dessiné

* Créer en général : écrire, recouvrir des carnets, prendre des photos, me mettre enfin à la couture… Les loisirs créatifs sont un très bon moyen de se changer les idées. Reste à les caser dans mon emploi du temps

* Continuer à limiter les réseaux sociaux

* Accepter de ne pas arriver au bout de ma to do list. L’important c’est d’avancer à son rythme et tant pis si je dois remettre au lendemain ce qui je n’ai pas pu finir le jour même

* Prioriser pour réduire la taille de cette fameuse to do list

* Prendre du recul car avec un peu de recul on réalise que ces choses qui nous rendent malades ne sont souvent pas si graves. Et quand bien même la situation est grave, on ne résoud pas ses problèmes en angoissant dessus.

* Me souvenir plus souvent de toutes les chances que j’ai

Je vous souhaite une très bonne et sereine Année 2019!


carte de voeux coucher de soleil

English version

Bilan de mes achats de vêtements de grossesse

J’ai fait un petit point sur les achats de vêtements que j’avais fait pendant ma grossesse. La question étant retrospectivement : Est-ce que j’ai fait de bons achats au point de vue style, confort, qualité et éthique?


dessin d'une jupe et un legging de grossesse

* Une jupe et un legging de la marque de vêtements de maternité Envie de Fraise

Ces deux basiques noirs se marient avec le reste de ma garde-robe et sont confortables à porter. Ils sont en matière synthétique mais c’est grâce à celà qu’ils sont extensibles et que j’ai pu les porter jusqu’à mon accouchement.

Ces vêtements sont fabriqués en France ce qui est positif même si la marque donne peu d’informations sur les conditions de fabrication.

L’éthique de mon achat est moyenne.

Est-ce que je les rachèterais? Oui.


dessin de deux tops de grossesse

* Deux hauts de maternité Envie de Fraise

J’ai aussi acheté un haut de maternité rayé bleu et blanc et un haut de maternité et d’allaitement rose chez Envie de Fraise. Le tissu semble un peu cheap mais ils ont tenu le coup jusqu’à présent. Ils sont extensibles et mettent bien en valeur la silhouette pendant la grossesse.

L’éthique de mon achat est moyenne.

Est-ce que je les rachèterais? Si c’était à refaire, j’achèterais seulement des hauts de maternité qui font aussi hauts d’allaitement car je trouve ça assez pratique.


dessin d'un pull et d'un short éthiques

* Un pullover Ekyog

Pour me tenir chaud je cherchais un châle ou un poncho et finalement j’ai trouvé ce pull très ample et fendu sur les côtés chez la marque de mode éthique Ekyog, comme quoi il n’est pas nécessaire de se cantonner aux boutiques spécialisées pour trouver des vêtements adaptés à la grossesse. Il est en laine et cachemire et très doux. Je le porte encore régulièrement.

L’éthique de mon achat est bonne.

Est-ce que je le rachèterais? Oui

* Un short Ekyog

J’ai pris ce short à taille élastiquée dans ma taille habituelle mais je l’ai porté taille très basse, l’élastique sous le ventre. Il est en lyocell, une fibre textile écologique, la couleur est celle du denim mais il est plus agréable à porter et a des poches. C’est mon meilleur achat de grossesse car encore maintenant je le porte tout le temps l’été.

L’éthique de mon achat est bonne.

Est-ce que je le rachèterais? Oui


dessin de deux robes de grossesse d'occasion

* Deux robes de grossesse d’occasion trouvées chez Mini Nippes

Mini Nippes est un dépôt vente de vêtements pour bébés sur Paris, où l’on trouve aussi des vêtements de grossesse. J’y ai acheté deux robes de grossesse Petit Bateau en coton épais. L’une des robes est taille haute. L’autre robe je la porte aussi taille haute en la ceinturant d’un foulard pour éviter l’effet « robe tente ».

Acheter des vêtements de grossesse d’occasion est écologique dans le sens où on évite la fabrication de vêtements neufs qui est polluante. J’évalue donc l’éthique de mon achat comme bonne.

Est-ce que je les rachèterais? Oui


dessin d'une paire de collants de grossesse

* Des collants de grossesse Natalys

Ces collants me comprimaient le ventre mais je n’ai pas été gênée très longtemps car ils ont filé très vite.

L’éthique de mon achat n’est pas terrible car il n’y a aucune garantie sur les conditions de fabrication de ces collants.

Est-ce que je les rachèterais? Non


dessin de deux robes amples d'occasion

* Deux robes amples d’occasion dénichées chez Bis Boutique Solidaire

Cette fois encore, j’ai été dans une de mes boutiques habituelles pour trouver des vêtements à porter pendant ma grossesse. Une des robes est une robe Petit Bateau à taille basse je la porte toujours facilement. L’autre est une robe-tunique ample Miss Helen, la marque distributeur de Monoprix, que j’ai souvent mise avec mon short Ekyog. Elles n’étaient pas chères du tout donc je n’ai pas hésité longtemps avant de les acheter.

L’éthique de mon achat est bonne car c’est de la seconde main achetée à une entreprise d’insertion.

Est-ce que je les rachèterais? Oui


dessin d'un pantalon

* Un pantalon Debenhams

Je termine par un achat raté. Quelques semaines après avoir accouché, j’ai eu besoin d’une tenue un peu habillée style tailleur. Seulement mes vêtements de grossesse ne m’allaient plus et je ne rentrais pas encore dans mes vêtements normaux. A l’époque, je passais mon temps en leggings. J’ai acheté un pantalon deux tailles au dessus de ma taille habituelle à Debenhams, un magasin qui n’est pas spécialement éthique. Je n’ai pu le porter que quelques semaines avant qu’il ne devienne trop grand.

L’éthique de mon achat est mauvaise car il n’y a aucune garantie sur les conditions de fabrication de mon pantalon.

Est-ce que je le rachèterais? Non. J’essaierais d’anticiper pour avoir au moins une tenue habillée qui s’adapte aux variations de ma silhouette.

Voilà j’espère que ce petit bilan vous donnera des retours sur les marques que j’ai testées mais aussi des pistes si vous ne savez pas où acheter des vêtements de grossesse.

A lire aussi sur ce blog :
* Mes conseils pour une garde-robe de grossesse slow fashion

Guide pratique du recyclage à Malte

Voici un petit récapitulatif sur la collecte des déchets et le recyclage à Malte parce qu’il m’arrive souvent de me poser des questions existentielles du type :


Où jeter les croûtes de fromage?

Si vous vivez ou êtes de passage sur Malte ou Gozo, j’espère que cet article vous sera utile pour savoir quoi faire de vos déchets.

La collecte des déchets à domicile

Les différents sacs poubelle
J’écris cet article à l’heure où Malte va généraliser la collecte des déchets organiques. Donc à la maison on va désormais avoir trois sacs poubelles :
– un sac poubelle noir pour les déchets ménagers non recyclables
– un sac vert ou gris pour les déchets recyclables. Je ne sais pas pourquoi on a la choix entre ces deux couleurs. Jusqu’à présent on avait seulement des sacs gris.
– et un sac blanc ou transparent pour les déchets compostables
Oui je sais à la fin il y a 5 couleurs possibles pour les sacs poubelle. Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué?

Les jours de collecte des déchets
Les jours de ramassage des déchets varient de ville en ville. Le local council (l’équivalent de la mairie) pourra vous renseigner sur les jours de collecte. Parfois c’est indiqué sur le site internet du local council de votre ville, sinon on peut les contacter par téléphone ou par email.

Attention juste de respecter les horaires de sortie des poubelles sinon vous risquez d’avoir une amende.

Les points d’apport volontaire

* Les « bring-in sites »
Ces points d’apport volontaire regroupent quatre gros conteneurs : un pour le verre, un pour le métal, un pour le papier et le carton et un pour les plastiques recyclables. Votre local council peut vous donner l’adresse des points d’apport les plus proches de chez vous.

* Les déchèteries ou « Civic Amenity Sites »
Les déchèteries acceptent la plupart des déchets. Vous pouvez trouver la liste et les adresses des Civic Amenity Sites sur le site de Wasteserv.

* Les autres points d’apport
Pour certains déchets, on peut trouver des bornes de collecte à proximité de chez soi. Par exemple mon local council a une borne de collecte de piles et une autre pour les petits déchets électroménagers. La plupart des supermarchés ont une boîte pour récupérer les piles usagées.

Où jeter quoi?

Les bouteilles et bocaux en verre
Dans le point d’apport volontaire pour le verre.
Sinon il y a une collecte à domicile pour le verre mais c’est seulement une fois par mois. Le jour de la collecte on met ses bouteilles dans un carton sur le trottoir.

Le carton et le papier
Dans le sac poubelle à recyclage vert ou gris ou dans le point d’apport volontaire pour le carton.
On recycle les cartons de déménagement, les emballages cartonnés (propres), le papier, les cahiers, les journaux et magazines, les rouleaux de papier toilette.

Les bouteilles et flacons en plastique
Dans le sac poubelle à recyclage vert ou gris ou dans le point d’apport volontaire pour les plastiques recyclables
On recycle les bouteilles d’eau, les flacons de shampoing ou de gel douche, les bidons de lessive, les bouteilles de liquide vaisselle, les bouteilles de produits ménagers.

Les cartons de jus de fruits ou de lait (type tétra pak)
Dans le sac poubelle à recyclage vert ou gris

Les sacs plastique
Dans le sac poubelle à recyclage vert ou gris ou dans le point d’apport volontaire pour les plastiques recyclables

Les boîtes de conserve, les sprays et canettes en aluminium (vides)
Dans le sac poubelle à recyclage vert ou gris ou dans le point d’apport volontaire pour le métal.
On recycle aussi les bouchons en métal des bocaux et les capsules de bouteilles de bière.

Les déchets organiques
Dans le sac poubelle blanc/transparent pour les déchets compostables
On y met les restes des repas, les fruits et légumes pourris, les pelures de fruits et légumes, les sachets de thé, le marc de café, les mouchoirs en papier souillés. C’est aussi là qu’on jette les croûtes de fromage ^^

Les déchets végétaux
Dans le sac poubelle blanc/transparent pour les déchets compostables

Les déchets non recyclés à Malte
Dans le sac poubelle noir, on met les déchets qui ne sont pas recyclables à Malte : les barquettes et gobelets en polystyrène, la vaisselle cassée, les couches, le papier aluminium souillé, le papier film, les photographies, les tubes de dentifrice, les gants de vaisselle, le scotch, les lingettes…

Plus généralement, quand on n’est pas sur qu’un déchet se recycle, il vaut mieux le jeter dans le sac poubelle noir plutôt que de risquer de polluer le sac à recyclables

Les piles
A la déchèterie ou dans les boites de collecte de piles disponibles dans la plupart des supermarchés

Les cartouches d’imprimante
A la déchèterie

Les déchets toxiques
A la déchèterie

Les textiles
Certaines associations récupèrent les vêtements en bon état pour les revendre dans les « charity shops », l’équivalent anglo-saxon des boutiques Emmaüs. On commence aussi à voir des bennes de recyclage textile. Cet article de Lovin Malta donne les coordonnées d’associations qui récupèrent les textiles.

Les encombrants
Dans la plupart des villes, les déchets encombrants sont collectés gratuitement à domicile en prenant rendez-vous avec le local council. Il faut demander à parler au service des encombrants qui se dit : « Bulky Refuse Service ».
On peut aussi amener les déchets encombrants à la déchèterie

En ballade

Si vous faites une excursion ou une randonnée à Malte, n’hésitez pas à emmener un petit sac plastique qui vous servira de sac poubelle car il est possible que vous ne croisiez aucune poubelle sur votre chemin.

Je fais une parenthèse sur les dépôts d’ordures sauvages qui sont un gros problème à Malte. Les déchets déposés n’importe où sont balayés par le vent et jonchent toute l’île et ses fonds marins. Il y a un début de prise de conscience et dernièrement j’ai vu un groupe d’écolières et leurs accompagnatrices ramasser les détritus amassés dans le square où elles ont pique-niqué. Il y a aussi des initiatives de nettoyage organisés par des groupes tels que Get Trashed Malta ou 1 Piece of Rubbish. J’espère juste que ce mouvement prendra de l’ampleur.

On récapitule

Vous pouvez télécharger et imprimer les deux fiches récapitulatives du tri sélectif maltais que j’ai traduites en français :


tri sélectif à Malte


guide du tri sélectif


tri des déchets organiques à Malte


tri des déchets organiques

Pour finir, un lien utile :
Le site “Don’t Waste Waste” permet de faire une recherche par type de déchet pour savoir où jeter ses déchets à Malte

Bon tri!

Mon avis sur Go for Good aux Galeries Lafayette

Go for Good est l’événement éco-responsable de la rentrée organisé par les Galeries Lafayette.

Avant d’aller y jeter un œil j’étais assez circonspecte. Les Galeries Lafayette sont bien à l’origine de quelques initiatives intéressantes comme le corner Culture Vintage où on trouve des vêtements de seconde main. Je pense aussi au corner Passion France qui propose des souvenirs fabriqués en France. Mais sinon on n’y trouve pas vraiment d’offre de vêtements éthiques et je n’irai pas classer les Galeries Lafayette dans mes bonnes adresses de mode éthique.

c'est quoi ça Go for Good?

On ne peut pas manquer Go for Good quand on se rend dans le grand magasin du boulevard Haussmann. En plus du « Good Spot », un concept store éthique au deuxième étage, l’événement Go for Good a envahi tout le magasin. A chaque rayon sont mises en avant des produits qui respectent au moins un des critères du cahier des charges Go for Good. On retrouve des marques connues pour leur engagement comme Patagonia, Armed Angels ou Veja. J’ai appris à cette occasion que la marque de sacs à dos Fjällräven était éthique. On découvre aussi que de nombreuses marques ont dans leur gamme des produits fabriqués localement ou plus respectueux de l’environnement. Attention quand même, beaucoup de marques mises en avant ne proposent que quelques produits écologiques ou made in France. C’est un engagement a minima et c’est un peu dommage de les mettre sur le même plan que des marques 100% éthiques.
J’ai pu assister à une des conférences qui était très intéressante et la programmation d’ateliers et de tables rondes a l’air assez riche.

Le good spot aux Galeries Lafayette

Le good spot aux Galeries Lafayette. photo (c) Galeries Lafayette

Je pense que Go for Good est une bonne vitrine pour les marques éthiques. Après, on est dans un temple de la consommation donc l’objectif est de vendre le plus de produits possible. On ne parle pas ici de réduire sa consommation ni de slow fashion. Les grands magasins qui se mettent à la mode éthique, c’est un peu comme quand les grandes surfaces se sont mises au bio : ça a l’avantage de rendre les produits plus faciles d’accès mais ce n’est pas pour autant qu’ils vont changer leur business model qui encourage la surconsommation.

Je conseille quand même de visiter Go for Good pour découvrir de nouvelles marques éthiques et pour voir, toucher, essayer des produits de marques qui sont parfois difficiles à trouver en boutique. Les prix correspondent du moyen à haut de gamme donc dans la gamme de prix habituelle des Galeries Lafayette. La mise en avant des produits est très réussie et donne envie de tout acheter alors attention au porte-monnaie.

L’opération Go for Good dure jusqu’au 10 octobre 2018 dans toutes les Galeries Lafayette de France. Par la suite, on ne peut que souhaiter que les grands magasins proposent de façon plus pérenne des produits éthiques dans leurs rayons.

Une garde-robe de grossesse slow fashion

J’ai l’habitude de considérer mes achats de vêtements comme des investissements que je garderai des années alors quand je suis tombée enceinte il y a deux ans, j’ai eu un peu de mal avec l’idée d’acheter des vêtements de grossesse que je ne porterais que quelques mois. J’ai entamé ma grossesse avec l’objectif de limiter au maximum le gaspillage pour mes vêtements et je partage avec vous quelques pistes pour une garde-robe de grossesse « slow fashion ».

* Prendre son temps

Prendre le temps de la réflexion, c’est un peu la base de la slow fashion. Et justement on a un peu de temps pour réfléchir à sa nouvelle garde-robe car au début de la grossesse, on ne grossit pas tout de suite. C’est seulement à la fin du 2e mois de grossesse que j’ai commencé à ne plus rentrer dans certains de mes vêtements.

* Faire un bilan de penderie

Au fur et à mesure de ma grossesse, j’ai stocké hors de ma vue les vêtements que je ne pouvais plus porter. J’ai pu voir ce qui me manquait et faire une liste de courses. J’ai aussi repéré les vêtements que je pensais pouvoir continuer à mettre jusqu’à l’accouchement : une jupe longue ample à taille élastiquée, une robe taille empire, une jupe droite longue à taille élastiquée, un paréo, des gilets (à porter déboutonnés), des leggings, une chemise sans manche ample… En fait tous les vêtements qui sont amples ou qui ont une taille élastique.

Je ne vais pas faire une liste type de vêtements de grossesse à avoir parce que je pense que la garde-robe de maternité idéale sera différente pour chacune. C’est à voir en fonction de son style, de ce qu’on porte d’habitude et de ce qu’on a envie de mettre pour être bien dans ses baskets.


look de grossesse en robe taille empire


La robe que j’ai le plus portée, ce n’est une robe de maternité mais une robe Armed Angels achetée un an auparavant

* Emprunter

On pense souvent à emprunter des vêtements de grossesse aux copines qui ont accouché récemment mais on peut aussi chercher des vêtements amples chez les amies, la famille et même dans le placard du futur papa!

* Acheter des vêtements complémentaires de ceux qu’on a déjà

Quand j’ai acheté des vêtements de grossesse, j’ai veillé à choisir des vêtements que je puisse assortir au reste de ma garde-robe. J’ai acheté deux tops, une jupe et un legging de grossesse en matière synthétique et extensibles. J’ai choisi des couleurs qui soient assorties aux vêtements que je porte d’habitude. L’intérêt c’est de pouvoir porter les tops avec mes bas normaux et la jupe et le legging avec mes hauts normaux.


looks de grossesse


A gauche ma jupe de grossesse avec un T-shirt. A droite mon top de grossesse sur un legging porté taille basse

* Acheter d’occasion

Acheter ses vêtements de grossesse d’occasion est une bonne façon de faire des économies. Il existe notamment des dépôts-ventes spécialisés dans la grossesse et la puériculture. La liste de la maternité prévoyait que je prenne quatre chemises de nuit dans ma valise. J’ai donc acheté quatre robes d’occasion qui m’ont servi à la fois de robes et de chemises de nuit. Pour celà, j’ai trouvé deux robes de grossesse en dépôt-vente spécialisé mais j’ai également déniché deux robes amples pas chères du tout en friperie.

* Acheter des vêtements qu’on pourra porter après la grossesse

J’ai souvent lu qu’après l’accouchement, on n’a plus envie de remettre les vêtements portés pendant la grossesse. Je n’ai jamais compris pourquoi. Moi en tout cas je continue de porter avec plaisir les vêtements que j’ai achetés et qui se sont adaptés à ma morphologie changeante. J’ai ainsi acheté un short taille basse et un pull large dans une boutique de mode éthique et je compte bien les rentabiliser. Mes tops de grossesse me vont toujours. Par contre ma jupe et mon legging de grossesse dégoulinent lamentablement sur mes hanches…

* Détourner les vêtements

Ne pas hésiter à faire preuve d’imagination pour porter ses vêtements différemment : j’ai porté mes robes courtes comme des tops, j’ai noué un foulard au dessus de mon ventre sur mes robes amples, j’ai testé toutes les combinaisons possibles avec les vêtements que j’avais.


look de grossesse avec une robe courte portée comme un top avec un short


une robe courte portée comme un top avec un short

* Ne pas se mettre la pression

Quand on est enceinte, on n’est pas toujours en forme pour écumer les boutiques à la recherche de la pièce parfaite. Sachant que je ne la porterai que quelques mois, j’ai acheté de la lingerie pas cher, pas éthique et pas très seyante en supermarché et ça a fait l’affaire. On n’a pas non plus toujours le courage de se pomponner le matin pour ressembler à une gravure de mode et ce n’est pas grave.

Dans un autre article de ce blog, je fais un bilan détaillé de mes achats de vêtements de grossesse, ce qui peut vous donner des idées de magasins spécialisés ou non où trouver des vêtements pour la grossesse.

A lire aussi :
* 3 astuces pour mettre des vêtements « normaux » pendant une grossesse
* Ethical Maternity Clothes (en anglais)
* Doit-on acheter des vêtements de maternité ?

Meilleurs Voeux pour 2018 et bonne résolution de blogueuse

En relisant mes résolutions pour l’année passée, je me rends compte que j’ai quand même rempli un de mes objectifs non négligeable qui était : « manger autre chose que des raviolis ». Question organisation, un autre de mes objectifs, je m’améliore mais il me reste à m’organiser suffisamment pour arriver à alimenter ce blog. Ma résolution pour 2018 sera donc de bloguer plus 😉

Je vous souhaite une très bonne Année 2018!


carte de voeux photo

Meilleurs Voeux pour 2017 et bilan efficacité

Janvier est le moment de faire le bilan de mon thème de l’année qui était l’efficacité. En effet chaque année, plutôt qu’une liste de résolutions, je choisis un thème pour l’année sur lequel j’aimerais progresser.

En 2016 j’ai donc essayé d’être plus efficace et notamment de réduire ma consommation de réseaux sociaux. J’ai testé différentes astuces pour être plus productive dont plusieurs qui marchent bien comme utiliser son téléphone pour prendre de bonnes habitudes, tirer parti de son mode d’organisation naturel ou liquider les tâches qui prennent moins de 2 minutes.

Cette année aura été marquée par la naissance d’une petite fille qui m’aura forcée à arrêter de perdre mon temps, dans la vraie vie et sur internet. Rien de tel qu’un bébé pour vous aider dans votre détox numérique!

Pour 2017 je n’ai pas eu de mal à trouver un thème qui reste dans la continuité de mes précédentes résolutions : ce sera l’organisation. Mon but est de mieux m’organiser pour faire tout ce que j’ai à faire tout en m’occupant d’un petit bébé. Accessoirement j’aimerais trouver du temps pour dessiner et pour bloguer… et arriver à manger autre chose que des raviolis.

Je vous souhaite une très bonne Année 2017!


carte de voeux illustrée

English version